Vingt-cinq applications par être humain: fou! | Rami Al-zayat via Unsplash
Vingt-cinq applications par être humain: fou! | Rami Al-zayat via Unsplash

194 milliards

C'est le nombre d'applications téléchargées sur les smartphones du monde entier en 2018.

Le chiffre donne le tournis. Le nombre de logiciels pour smartphones téléchargés en 2018 s'élève à 194 milliards, selon une étude du leader mondial des données du marché des apps, App Annie. Rapide calcul: ceci représente près de vingt-cinq applications par âme vivant sur la planète, en comptant celles ne possédant pas de téléphone intelligent.

Les développeurs peuvent remercier la Chine, responsable à elle seule de 50% des téléchargements, malgré un gel de près de neuf mois des autorisations de publication de jeux vidéo. Le marché explose également en Inde et en Indonésie, où le nombre d'apps téléchargées est respectivement en hausse de 165% et 55% par rapport à 2016, même si les deux pays représentent encore une part assez faible du volume global.

Un marché gargantuesque

Un marché plus mûr comme celui des États-Unis continue lui aussi à se développer, mais de manière logiquement beaucoup plus modeste, avec 5% de téléchargements supplémentaires entre 2016 et 2018.

L'étude note néanmoins que l'engagement des utilisateurs et utilisatrices, calculé à partir du nombre de sessions et du temps passé sur les apps, y est plus important qu'ailleurs –un indicateur précieux quant à la monétisation des applications téléchargées.

Sans compter les transactions effectuées en dehors des applications (paiement d'un VTC, commande sur un site en ligne, etc.) et la publicité, ces 194 milliards de logiciels représentent au total une dépense de 101 milliards de dollars –dont 40% pour la seule Chine, décidément centrale.

Il faut enfin noter que la monétisation des jeux est bien plus importante que celle des autres apps, puisqu'ils représentent 74% des dépenses globales.

En ce moment

Le cristal temporel de Google, ou le grand bond en avant de l'informatique quantique

Et Cætera

Le cristal temporel de Google, ou le grand bond en avant de l'informatique quantique

Un nouvel état de la matière aux propriétés impossibles.

Station spatiale internationale: après Nauka, le torchon brûle entre la NASA et Roscosmos

Et Cætera

Station spatiale internationale: après Nauka, le torchon brûle entre la NASA et Roscosmos

Du rififi en orbite terrestre basse.

La branlée du Pentagone, des voitures qui roulent au sel, l'hydrogène du nucléaire, une journée sur korii.

Et Cætera

La branlée du Pentagone, des voitures qui roulent au sel, l'hydrogène du nucléaire, une journée sur korii.

Quatre articles pour poser un autre regard sur le monde.