Des vélos, beaucoup de vélos, encore des vélos. | Berto Macario via Unsplash
Des vélos, beaucoup de vélos, encore des vélos. | Berto Macario via Unsplash

L'Inde pourrait économiser 225 milliards d'euros chaque année grâce au vélo

Le vélo, c'est bon pour la santé. Donc pour l'économie d'une nation.

1,8 lakh crore de roupies selon le système de numération indienne, soit après conversion et selon notre système arabe 231 milliards d'euros. C'est, selon une récente étude publiée par le think tank The Energy and Resources Institute (TERI), ce que l'Inde pourrait économiser si le cyclisme était plus largement adopté par sa population.

L'Inde n'est pas totalement étrangère aux deux-roues, moyen économique de voyager dans un pays où la pauvreté est encore très ancrée. 15% des trajets se font ainsi en pédalant dans la plupart des villes, et 10% dans la gigantesque New Delhi, pourtant peu propice à la sécurité des cyclistes.

Pédaler, c'est la santé

L'étude note cependant que les vélos n'ont pas une cote de première catégorie dans le pays: les revenus en hausse dans certaines classes de la population ainsi que le manque criant d'infrastructures dédiées aux vélos poussent les salarié·es à investir dans des voitures ou des deux-roues motorisés. Leur présence sur les routes a ainsi crû de 10% par an ces dix dernières années, quand celle des cycles a au contraire stagné, voire baissé.

La question des modes de transport dans le second pays le plus peuplé au monde (1,3 milliard d'habitant·es au dernier comptage) est pourtant primordiale. Pour les individus d'abord, logiquement pour la nation dans son ensemble ensuite.

Additionnant bénéfices directs (santé, dépense énergétique, gain de temps) et bénéfices indirects (baisse des émissions, réduction des inégalités, etc.), l'étude conclut que le pays économiserait près d'1,6 point de PIB si les Indien·nes choisissaient le vélo plutôt qu'un véhicule à essence pour la moitié des trajets professionnels de moins de 8 kilomètres.

Pollution atmosphérique ou sédentarité: les gains les plus nets concernent la santé, donc les dépenses privées et publiques qui l'accompagnent. Citant une étude précédente sur le cas néerlandais, le TERI note que le pays dans son ensemble a économisé 19 milliards d'euros par an, avec la prévention de 6.500 morts prématurées. Un chiffre similaire dans quinze ans en Inde, selon le think tank, si les conditions précitées sont respectées.

Ce bouleversement nécessite néanmoins une politique publique forte en faveur du vélo. Des aides à l'achat, sous forme de micro-crédits par exemple, doivent être mises en place pour permettre aux moins aisé·es d'investir dans un cycle.

Les municipalités doivent également bouleverser leur urbanisme pour offrir aux deux-roues des conditions de sécurité suffisantes pour leur développement. Une taxation plus importante des véhicules à moteur peut également être envisagée pour accélérer la transition –si cette transition est politiquement désirée, bien sûr.

En ce moment

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Et Cætera

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Retour sur une riche semaine.

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Et Cætera

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

Et Cætera

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

L'algorithme de la plateforme signalerait davantage leurs photos dénudées que celles des personnes minces.