Ne plus avoir à faire ses lacets a un coût. | Via Nike
Ne plus avoir à faire ses lacets a un coût. | Via Nike

350 euros

C’est le prix annoncé des Nike Adapt BB, des baskets auto-laçantes, connectées et lumineuses.

350 euros: c’est la somme qu’il vous faudra débourser pour pouvoir dunker –ou plus simplement marcher– avec les Nike Adapt BB, une nouvelle paire de chaussures auto-laçantes, connectées et lumineuses annoncée par la marque à la virgule. C’est la moitié de ce que coûtait la précédente entrée de Nike sur le marché des sneakers du futur: encore en vente sur le site français de la firme et inspirée de la fameuse paire de pompes de Michael J. Fox dans Retour vers le futur 2, l’HyperAdapt 1.0 coûte la modique somme de 700 euros.

Teasée la semaine dernière mais officiellement dévoilée mardi, l’Adapt BB est destinée à un plus grand public –voire à un public plus grand, puisqu'elle vise en priorité les basketteurs. Parfait coup de pub pour la marque, son nouveau modèle sera pour la première fois porté en match le mercredi 16 janvier par un joueur des Celtics de Boston, Jayson Tatum, lors d’une rencontre opposant son équipe aux Raptors de Toronto. Le lancement officiel se fera lui le 17 février, date du All-Star Game de la NBA.

Nike a également expliqué travailler sur des tailles plus adaptées aux femmes et aux enfants, qui devront donc attendre encore un peu avant de mettre un pied (connecté) dans le futur.

En ce moment

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Biz

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Selon Matt Yglesias, l'immigration et la fertilité pourraient répondre à certains maux du pays.

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

Tech

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

L'équivalent d'une station spatiale, mais à 20.000 lieues sous les mers.

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Biz

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Changement climatique et baisse du prix du pétrole obligent, les sociétés pétrolières cherchent des portes de sortie.