Une somme équivalant à 440 euros pour un coucou de Snoop Dogg, franchement, c'est une affaire. | Craig Barritt / Getty Images North America / AFP
Une somme équivalant à 440 euros pour un coucou de Snoop Dogg, franchement, c'est une affaire. | Craig Barritt / Getty Images North America / AFP

Pour 500 dollars, Snoop Dogg vous fait une dédicace sur Cameo

La start-up vous permet, moyennant finances, d'approcher vos stars préférées –idéal pour amasser les like.

Que diriez-vous à votre idole si vous la rencontriez par hasard dans la rue? Mieux, que voudriez-vous qu’elle vous dise? La start-up américaine Cameo vous propose une version plus instagrammable et contrôlée de ce scénario: le site vous permet de payer une célébrité pour qu'elle réalise, sur commande et en exclusivité, une vidéo-selfie dédicacée.

Le concept est tellement adapté à l’ère des réseaux sociaux que la plateforme est en train de finaliser un nouveau financement qui, selon Axios, devrait élever sa valeur à 300 millions de dollars.

Lancé en 2017, le réseau compte aujourd’hui plus de 4.300 stars parmi lesquelles le rappeur américain Snoop Dogg ou le joueur de football américain Brett Favre. Très prisées sur le site, les deux célébrités se font payer 500 dollars la vidéo (440 euros environ).

Entre 2 dollars et plus de 2.000 dollars

Des prix presque raisonnables en comparaison d’une dédicace de la célébrité transgenre Caitlyn Jenner. L’ancienne Kardashian offre ses services pour… 2.500 dollars la vidéo.

Ces tarifs sont néanmoins réservés aux stars de gros calibre: la moyenne sur le site tourne plutôt autour des 25 dollars, un montant pour lequel on peut se payer le très populaire bloggeur américain Perez Hilton. Les célébrités les moins connues qui peuplent YouTube descendent à 5 dollars et «la célébrité la moins populaire de Cameo», Disco Cowboy, se fait même payer 2 dollars.

Le modèle économique de la start-up est simple: l'entreprise prélève 25% du montant de chaque commande et les 75% restant reviennent à la célébrité. Depuis sa création, la start-up revendique plus de 36.000 requêtes de caméos. Un business très lucratif pour certaines stars: Dorinda Medley, l’une des célébrités classée dans la catégorie «Real Housewives», gagne 2.800 dollars par semaine grâce à la plateforme.

Commande avec les stars

L’idée derrière Cameo est née en avril 2016 dans l’esprit de Steven Galanis, ancien de Linkedin et producteur video, et de Martin Blencowe, ancien agent pour la ligue NFL de football américain. Ils ne seront rejoints que plus tard par le troisième cofondateur, Devron Townsend, ex-star sur Vine et ancien de Microsoft.

Avant un match, Blencowe convainc l’un de ses joueurs de filmer une dédicace vidéo pour célébrer la naissance du premier enfant de l’un de ses amis. «Brandon a littéralement dit à Martin “C’est le meilleur cadeau qu’on m’ait jamais fait”», raconte Galanis au Chicago Tribune.

«Ça nous a tous les deux fait réfléchir: quand on est ni l’agent d’une star, qu'on ne connaît aucun agent ou qu'on ne les rencontre pas au gré du hasard dans la vie réelle… il est impossible d’obtenir une vidéo comme celle-ci. C’est à ce moment-là qu’on a commencé à rêver de ce projet.»

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.