Le soja brésilien, grand gagnant de la guerre sino-américaine | allybally4B via Pixabay
Le soja brésilien, grand gagnant de la guerre sino-américaine | allybally4B via Pixabay

66.955

Ce sont, en tonnes, les imports de soja américain par la Chine en octobre 2018. Un chiffre en recul, conséquence d'une guerre commerciale profitant à d'autres pays.

On sait les États-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping engagés depuis plus d'un an dans une guerre commerciale qui semble ne pas connaître de répit. Acier, produits alimentaires, produits technologiques comme les machines à laver ou les panneaux solaires, armes, matériel médical, batteries, pièces automobiles: ce sont près de 7.000 produits qui sont désormais soumis à des taxes douanières élevées, d'un côté comme de l'autre de ces barbelés économiques.

Résumant en quelques points la situation du moment, le site Axios a posé la question de l'impact réel des décisions du président américain sur l'économie et l'emploi du pays qu'il dirige. L'objectif avoué du protectionnisme trumpien est-il atteint? Il ne semble pas.

Effet domino

La balance commerciale entre les deux États semble légèrement moins défavorable au camp américain, mais ce sont des chiffres en trompe-l'œil: si les importations chinoises sont en baisse, les exportations américaines le sont aussi. Les entreprises n'ont pas rappatrié leur production aux États-Unis comme l'avait promis Donald Trump, et certaines d'entre elles (Nvidia, Caterpillar, Whirlpool) souffrent clairement de ces nouvelles barrières.

Plus intéressant, Axios note l'effet domino de cette bataille rangée entre les deux géants mondiaux: les gagnants ne sont ni chinois, ni américains, mais brésiliens, indiens, cambodgiens ou russes.

L'exemple pris est celui du soja: les États-Unis en sont les plus gros producteurs mondiaux et les Chinois les plus gros consommateurs, notamment du fait d'un appétit grandissant pour la viande, dont la production est grande consommatrice de la petite graine.

En octobre 2017, les États-Unis ont exporté 1,33 million de tonnes de soja vers la Chine. L'année suivante? Seulement 67.000 tonnes, à quelques kilos près. Pour éviter la pénurie et contourner les taxes douanières, la Chine a dû se tourner vers d'autres gros producteurs, et en particulier vers le Brésil –qui, observant la danse des deux rivaux, a fait grimper sa production. Parmi les 6,82 millions de tonnes de soja importées en Chine en octobre 2018, 94% étaient issues du pays d'Amérique latine.

Ironie de l'histoire, la Chine pourrait à nouveau devoir importer du soja américain, et à n'importe quel prix: la production brésilienne n'arrive plus à suivre le rythme de la consommation chinoise. Xi Jinping semble vouloir présenter ce nouveau rebondissement comme un geste d'apaisement envers son rival américain, mais il n'est cette fois absolument pas maître de la situation.

En ce moment

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Et Cætera

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Retour sur une riche semaine.

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Et Cætera

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

Et Cætera

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

L'algorithme de la plateforme signalerait davantage leurs photos dénudées que celles des personnes minces.