Du code 72 heures par semaine, de quoi envoyer n'importe qui vers le burn-out | Arif Riyanto via Unsplash
Du code 72 heures par semaine, de quoi envoyer n'importe qui vers le burn-out | Arif Riyanto via Unsplash

996: le patron d'Alibaba veut que son personnel travaille 12 heures par jour, 6 jours par semaine

De 9 heures à 21 heures, du lundi au samedi: le richissime businessman chinois Jack Ma a fait scandale en défendant des horaires de travail inhumains.

En septembre 2018, Jack Ma, le patron du géant chinois de l'e-commerce Alibaba, surprenait tout le monde en annonçant désirer prendre sa retraite à 54 ans seulement, pour entamer une carrière de philantrope.

Encore dans la force de l'âge, le professeur d'anglais de formation et véritable self-made man a tout de même eu le temps de se constituer une jolie fortune, estimée par Forbes à plus de 40 milliards de dollars (35 milliards d'euros et quelques poussières). Et peut-être est-il également usé par les horaires démentiels qu'il s'impose –et qu'il impose à ses salarié·es.

Jack Ma a fait scandale mi-avril en soutenant publiquement, via un très commenté post sur Waibo, la culture du «996» qui fait loi dans la tech chinoise. Neuf, neuf, six: comprenez de 9 heures du matin à 9 heures du soir, 6 jours par semaine –soit 72 heures par semaine.

«Être capable de travailler 12 heures par jour est un immense bonheur, a expliqué le créateur du groupe Alibaba en 1999. Si vous voulez rejoindre les rangs d'Alibaba, soyez prêts à travailler 12 heures par jour. Sinon, ne vous embêtez même pas à postuler.»

Les réactions n'ont pas manqué, et Ma a ensuite précisé son propos: «Comme je le pensais, mes propos internes quant au 996 ont provoqué un débat et des critiques sans fin. Je comprends ces gens, et j'aurais pu dire quelque chose de plus “correct”. Mais dans le monde d'aujourd'hui, nous ne manquons pas de gens qui disent des choses “correctes”: nous manquons de gens qui disent des choses vraies et qui provoquent la réflexion.»

Le burn-out ou la passion

Problème: la réflexion est déjà lancée depuis plusieurs mois chez les développeurs chinois, dont une partie ne tolère plus ces horaires que l'on peut légitimement considérer comme inhumains, et si dangereux pour la santé que plusieurs personnes ont fini aux urgences –voire au cimetière.

The Verge ou Wired notaient début avril que des anonymes avaient créé un répertoire sur GitHub, où les pros qui ne tiennent pas cette cadence infernale peuvent faire part de leurs griefs.

Le nom du répertoire est on ne peut plus clair: 996.ICU. Il reprend l'adage «Travailler en 996, malade en ICU» (pour intensive care unit, «unité de soins intensifs»), très répandu chez les petites mains dont dépendent les plateformes mises en cause.

Les milliardaires de la tech chinoise n'en démordent pourtant pas. Richard Liu, patron du rival d'Alibaba JD.com, a promis qu'il ne forcerait jamais son personnel à travailler en 996, mais il a affirmé qu'il ne pourrait jamais considérer les gens qui ne le font pas comme ses «frères».

Jack Ma a quant à lui concédé du bout des lèvres qu'il serait «inhumain» de forcer les gens à travailler en 996. Sauf que l'homme le plus riche de Chine a ajouté, histoire d'enfoncer le clou, que «ceux qui peuvent se tenir au rythme du 996 sont ceux qui ont trouvé leur passion au-delà des gains monétaires».

En ce moment

Les astuces d'Elvis Tominovic pour tromper Airbnb et se constituer une fortune

Et Cætera

Les astuces d'Elvis Tominovic pour tromper Airbnb et se constituer une fortune

Une opération de fraude hôtelière sévissait à New York depuis 2015.

Deux sénateurs américains veulent lever le voile sur la valeur de vos données personnelles

Biz

Deux sénateurs américains veulent lever le voile sur la valeur de vos données personnelles

Une loi baptisée «Dashboard Act» pourrait forcer les plateformes à plus de transparence.

Slack peut nuire aux entreprises (et à votre vie privée)

Biz

Slack peut nuire aux entreprises (et à votre vie privée)

Plusieurs plateformes de travail collaboratif tentent de résoudre les failles de Slack, pour leur propre compte.