Un feu d'artifice au-dessus de la place Rouge à Moscou lors d'une parade militaire, le 27 août 2021. | Kirill Kudryavtsev / AFP

Un feu d'artifice au-dessus de la place Rouge à Moscou lors d'une parade militaire, le 27 août 2021. | Kirill Kudryavtsev / AFP

À quoi ressemblerait une guerre nucléaire entre la Russie et les États-Unis?

Une chose est sûre, il n'y aurait pas de gagnant.

Avant toute chose, il est important de préciser que le monde n'est actuellement pas au bord d'une guerre nucléaire. Les États-Unis comme la Russie n'ont aucune intention de la déclencher. C'est pour cela que les pays occidentaux refusent catégoriquement de participer directement au conflit ukrainien.

Toutefois, si par malheur une telle guerre arrivait, comment se déroulerait-elle théoriquement? La doctrine de dissuasion nucléaire repose sur le fait que, plus les conséquences seraient catastrophiques, moins les pays ennemis seraient enclins à faire usage de leur arsenal atomique. La Russie et les USA reposent donc sur le principe de destruction mutuelle assurée, qui promet au premier agresseur d'être à son tour anéanti.

Si cette tactique est très efficace pour décourager quiconque d'utiliser une arme nucléaire, cela veut aussi dire que dans le cas très improbable où la ligne rouge est franchie, un engrenage cataclysmique serait enclenché.

Le point le plus critique d'une guerre nucléaire se situerait sans doute juste après «une frappe nucléaire tactique», c'est-à-dire une attaque nucléaire relativement limitée, utilisée sur un champ de bataille et servant d'ultime avertissement. Après l'emploi d'une telle arme, les belligérants pourraient choisir de ne pas escalader, mais aussi estimer que la ligne a été franchie, et donc frapper le plus fort et le plus vite possible.

Apocalypse

Comme l'explique Popular Mechanics, une première frappe nucléaire majeure viserait non pas les centres-villes les plus peuplés, mais les systèmes radars et les stocks nucléaires, afin de neutraliser au maximum les capacités de riposte et laisser ouverte la possibilité d'une capitulation.

Pour autant, cela ne veut pas dire qu'une telle attaque épargnerait les civils. En cas d'un bombardement russe de la sorte sur les États-Unis, ce seraient 20 millions d'américains environ qui perdraient la vie.

Suite à cela, l'agressé pourrait théoriquement se rendre pour éviter des dégâts supplémentaires. Il est plus probable qu'il lance tous les sous-marins et bombardiers encore intacts frapper à leur tour l'agresseur.

Les échanges pourraient ainsi continuer jusqu'à épuisement des stocks et faire des centaines de millions de morts, à la fois directs et à cause des retombées nucléaires. «La suie générée par les incendies pourrait bloquer la lumière du soleil, potentiellement pour des décennies», explique la directrice sécurité de l'Union des scientifiques préoccupés, ce qui pourrait causer un hiver nucléaire et des famines dans le monde entier.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.