Des chaussures UltraBoost exposées lors de la conférence de presse annuelle d'Adidas, le 13 mars 2019 à Herzogenaurach, en Allemagne. | Daniel Karmann / AFP
Des chaussures UltraBoost exposées lors de la conférence de presse annuelle d'Adidas, le 13 mars 2019 à Herzogenaurach, en Allemagne. | Daniel Karmann / AFP

Adidas ferme ses usines automatisées en Allemagne et aux États-Unis

Les «speedfactories» d'Atlanta et Ansbach vont fermer d'ici avril 2020. Leur technologie sera redéployée en Asie.

En 2015, Adidas annonçait construire le futur de la technologie sneaker avec ses speedfactories, des usines entièrement automatisées et basées en Allemagne et aux États-Unis. Le futur aura été de courte durée: l'entreprise a déjà annoncé la fin de cette expérience de relocalisation.

Contrairement à la grande majorité des usines de baskets, les speedfactories étaient situées dans des pays occidentaux –l'Amérique du Nord et l'Europe sont les deux marchés-clés d'Adidas. Ce choix permettait à la marque allemande de produire au plus proche de sa clientèle et de réduire les émissions liées au transport.

Lundi 11 novembre, l'entreprise a pourtant annoncé qu'elle allait se débarrasser de ses speedfactories d'Ansbach et d'Atlanta d'ici avril 2020. La technologie développée pour ces usines sera redéployée dans certaines manufactures des fournisseurs d'Adidas, en Chine et au Vietnam.

Dans ce cadre, la marque continuera à travailler avec Oechsler, son partenaire technologique pour le développement des usines, notamment en matière d'«impression 4D avancée», une technique utilisée pour confectionner la chaussure AlphaEdge.

Sérieux revers

Même si Adidas affirme que cette opération était «le but depuis le départ», la fermeture de deux usines annoncées comme la prochaine étape pour l'entreprise, quelques années seulement après leur ouverture, semble être un sérieux revers.

Selon Quartz, les speedfactories ne pouvaient produire qu'un nombre limité de modèles, à savoir les chaussures de running constituées d'une semelle Boost et d'un corps en tissu, à l'image des UltraBoost.

Ulrich Steindorf, le directeur de la manufacture chez Adidas, souligne que la méthode pour fixer une partie supérieure en cuir à une semelle en caoutchouc est différente et pas encore totalement automatisable. Impossible donc de produire des modèles phares comme les Stan Smith, les Gazelle ou les Superstar.

Adidas ne désespère néanmoins pas de pouvoir un jour automatiser le reste de sa production et précise dans son communiqué de presse que «non seulement les running mais aussi d'autre modèles pourront être produits grâce à la technologie développée pour les speedfactories».

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.