Jack Ma peut être plutôt satisfait des performances de sa création. | Philippe Lopez / AFP
Jack Ma peut être plutôt satisfait des performances de sa création. | Philippe Lopez / AFP

Ant Group, la firme qui a uberisé la Chine, prête à faire sauter la bourse

Propriétaire de l'application Alipay, elle devrait lever 29,5 milliards d'euros lors de son arrivée sur les marchés.

L'histoire commence en 2004: Alibaba Group, le géant chinois du e-commerce, crée le système de paiement Alipay pour sa plateforme Taobao, le «eBay chinois» –à l'époque, celle-ci n'accepte que les paiements en liquide.

En 2009, Alipay lance son application mobile et commence à utiliser les codes QR. Ant Financial (future Ant Group) lance ensuite Yu'e Bao, qui sera un temps le plus grand fonds monétaire au monde.

En 2011, Alipay se sépare d'Alibaba; elle est alors déjà la plus grande entreprise de paiements numériques au monde. En 2014, elle se rebaptise Ant Group. Au même moment, elle crée Huabei, un système de microcrédit utilisé par des centaines de millions de personnes.

En 2015, Ant Group lance Zhima Credit, un système de «crédit social» générant des privilèges ou des pénalités pour les usagèr·es, en fonction de leur comportement. En 2019, elle développe sa propre mutuelle de santé, Xianghubao (92 millions d'usagèr·es). Tous ces services sont disponibles via l'application Alipay.

Des codes QR pour 1,2 milliard de personnes

Alipay réalise un volume de transactions bien plus important (15.000 milliards d'euros) que Visa (9.650 milliards d'euros) et Mastercard (5.380 milliards d'euros), principalement en Chine. Elle permet notamment à son 1,2 milliard d'usagèr·es de payer grâce à un simple code QR. Mais ce n'est pas tout.

«Faire des achats sur Taobao, [...] investir dans des fonds communs de placement, souscrire des polices d'assurance, suivre ses factures, emprunter de l'argent, trouver des promotions auprès des entreprises locales [et] obtenir des informations sur le Covid-19» est également possible via l'application, explique le Wall Street Journal.

Beaucoup de services d'Ant Group jouent le rôle d'intermédiaires entre les consommateurs et consommatrices, les entreprises, les banques et les acteurs financiers, leur permettant d'acheter, vendre, emprunter, prêter et investir les uns avec les autres, en prélevant une commission au passage. De quoi générer une marge de 34% en moyenne.

Les marchés boursiers apprécient la performance. Ant Group devrait ainsi lever 29,5 milliards d'euros lors de son entrée en bourse, et battre ainsi d'une courte tête Aramco, le géant saoudien du pétrole, qui détenait depuis 2019 le record avec 25,1 milliards d'euros. La valorisation de l'entreprise chinoise serait alors estimée à 270 milliards d'euros environ.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.