Trop vendre maintenant, c'est aussi le risque de moins vendre à l'avenir. | Nicolas Asfouri / AFP
Trop vendre maintenant, c'est aussi le risque de moins vendre à l'avenir. | Nicolas Asfouri / AFP

Les résultats record d'Apple sont-ils une fausse bonne nouvelle?

Derrière les milliards annoncés et les pourcentages en fête se cachent quelques sérieuses inquiétudes.

Mardi 28 janvier 2020, Apple annonçait des résultats trimestriels record. L'érosion des ventes d'iPhone en 2018 semble passée, la division services (applications, Apple TV+, etc.) que l'entreprise cherche stratégiquement à renforcer se porte comme un charme, ses wearables tels l'Apple Watch ou les AirPods se vendent comme des petits pains, avec une hausse de 37%.

Au bout du compte, le chiffre d'affaires annoncé est de 91,82 milliards de dollars [83,46 milliards d'euros], +9% par rapport au trimestre précédent. Les revenus issus des ventes d'iPhone, le veau d'or de la société californienne, ont eux aussi retrouvé de pimpantes couleurs: ils atteignent 55,96 milliards de dollars, un chiffre en augmentation de 8%.

De quoi se réjouir? Bien sûr, mais pas de quoi claironner trop fort pour autant: l'action de l'entreprise, dont le cours a doublé en 2019, n'a gagné que 1,5% dans les heures suivant les annonces.

Le Wall Street Journal souligne par ailleurs que ces résultats très positifs cachent peut-être quelques déconvenues à venir pour Apple.

Trompe-l'œil

Si la lucrative branche services a cru de 17% sur un an, avec un chiffre d'affaires s'établissant à 12,7 milliards de dollars, c'est 3% de moins que ce qu'attendaient les analystes de Wall Street. Or ce sont ces mêmes spécialistes qui, captivé·es par la narration d'une transition financière rapide d'Apple vers les services, ont poussé le cours de l'action à exploser en 2019.

Les très bonnes ventes de l'iPhone 11 sont à l'évidence rassurantes pour Apple, d'autant que c'est autour de ses smartphones que l'entreprise compte construire son nouvel empire serviciel, mais elles pourraient n'être qu'une bonne nouvelle à court ou moyen terme.

Le Wall Street Journal note à ce titre qu'elles peuvent aussi signifier qu'Apple aura par la suite du mal à convaincre cette clientèle massive aux smartphones flambant neufs de renouveler leurs appareils –surtout que le déploiement de la 5G, argument de vente majeur, ne sera que très progressif.

Touchant particulièrement la Chine, l'un de ses marchés cruciaux et l'épicentre de sa chaîne logistique, la crise du coronavirus pourrait également peser sur les prochains mois de la société, qui assure pourtant s'y préparer.

En ce moment

Bedford, un réseau social pour deux

Et Cætera

Bedford, un réseau social pour deux

Lancée par Joshua Kushner, l'application fait le pari d'un espace intimiste, utilisable par deux personnes seulement.

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Biz

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Une indépendance relative et chèrement acquise.

La big data donne du grain à moudre au café

Biz

La big data donne du grain à moudre au café

La start-up Cropster a lancé un outil visant à sortir les producteurs de café de la pauvreté –avec, à terme, de plus vastes ambitions.