53% des personnes ayant participé à l’étude ont été arnaquées en ligne, contre 11% par téléphone. | rupixen via Unsplash

53% des personnes ayant participé à l’étude ont été arnaquées en ligne, contre 11% par téléphone. | rupixen via Unsplash

Les arnaques en ligne sont devenues bien plus rentables que par téléphone

Des sites de vente frauduleux particulièrement bien construits pullulent sur le web.

Avez-vous déjà reçu un coup de fil un brin suspect, venu d'une personne cherchant à vous vendre un objet, un service ou même une semaine de vacances à l'autre bout du monde pour un prix défiant toute concurrence? C'était sans doute une arnaque téléphonique. Ce temps est désormais révolu: les escrocs ont trouvé leur nouvel eldorado sur le web.

Les sites de vente en ligne, comme eBay ou Craigslist, tout comme les réseaux sociaux, sont devenus au fil des années «parmi les lieux les plus lucratifs pour les escrocs», écrit le Wall Street Journal en se basant sur une étude menée par deux organismes de recherche et une association de professionnel·les de la finance américain·es.

1,8 milliard de dollars volés

L'étude, réalisée entre 2015 et 2018 par le Better Business Bureau, la Financial Industry of Regulatory Autority et le Stanford Center on Longevity, est fondée sur plus de 1.400 entretiens réalisés avec des victimes de fraude aux États-Unis.

Elle montre que les escroqueries ayant le plus de succès se déroulent en ligne. Les arnaqueurs reprennent les codes, l'allure, le vocabulaire de sites officiels de vente de voitures, de tickets de concerts et d'événements sportifs, ou encore de locations saisonnières, pour en réalité ne vendre que du vent et soutirer de l'argent aux victimes.

Sur les réseaux sociaux, 91% des personnes ayant participé à l'étude expliquent n'avoir pas été capables de reconnaître un faux site ou une fausse publicité et 53% d'entre elles auraient ainsi été lésées de leur argent. Ce dernier chiffre descend à 50% sur les sites de vente en ligne comme eBay. Cela représente beaucoup plus de gens victimes d'escroqueries que par téléphone, où seulement 39% se sont laissé tenter et 11% ont dépensé de l'argent durant cette période.

La somme médiane ayant été soutirée aux personnes questionnées avoisine les 600 dollars. Selon l'étude, la plus commune des arnaques reste encore l'achat d'un produit avec un chèque en bois ou, dans le cas où l'arnaqueur se trouve en position de vendeur, il n'expédie tout simplement jamais le produit en question ou alors envoie un objet faux ou non fonctionnel.

Mais beaucoup d'arnaques en ligne sont devenues plus sophistiquées au cours de ces dernières années. Le Wall Street Journal note ainsi que des sites de vente frauduleux particulièrement bien construits et qui semblent réels pullulent sur le web. Aux États-Unis, en 2018, près de 400.000 personnes ont déclaré être victimes d'escroquerie. Pour un total de 1,8 milliard de dollars volés en ligne, rien de moins.

En ce moment

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Dix articles pour mieux profiter de votre dimanche.

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Et Cætera

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Un livre retrace les décennies du magazine Teknika Molodezhi et ses illustrations futuristes qui ont marqué des générations de Russes.

La mort au bout du ransomware

Et Cætera

La mort au bout du ransomware

Une cyberattaque mal ciblée a paralysé un hôpital allemand et peut-être causé la mort d'une femme.