La Honda hybride CR-V au salon de l'automobile de Shanghai, le 20 avril 2021. | Hector Retamal / AFP

La Honda hybride CR-V au salon de l'automobile de Shanghai, le 20 avril 2021. | Hector Retamal / AFP

Pour les dix prochaines années, Honda parie sur l'hybride

Le tout-électrique? Trop radical.

Le 12 avril, Honda a annoncé qu'il allait investir 37 milliards d'euros au cours de la prochaine décennie afin de lancer trente modèles de véhicules électriques d'ici à 2030, se débarrasser des voitures à essence d'ici à 2040 et devenir une entreprise neutre en carbone en 2050.

Contrairement à nombre de concurrents faisant d'ores et déjà le pari du tout-électrique, le deuxième plus grand constructeur automobile japonais reste néanmoins prudent: cette transition va dans un premier temps s'appuyer sur les voitures hybrides.

Honda assume que sa stratégie doit avant tout s'appuyer sur des considérations commerciales. «Nous devons prendre en compte de multiples facteurs comme l'environnement et le taux de pénétration des énergies renouvelables, plutôt que simplement passer au tout-électrique», a ainsi déclaré Toshihiro Mibe, le PDG.

L'entreprise, qui a notamment bâti sa réputation sur la construction de petits moteurs efficaces, n'est pas décidée à faire ses adieux à l'essence de sitôt. «Nous allons abandonner les moteurs conventionnels mais nous allons tout de même nous concentrer sur les hybrides, qui seront notre force jusqu'à 2030, voire 2035», précise Toshihiro Mibe.

Danse sur deux pieds

Alors que de plus en plus de constructeurs automobiles sont forcés de prendre des engagements écologiques, les Japonais semblent ne pas savoir sur quel pied danser.

Toyota a par exemple récemment annoncé investir 1,29 milliard d'euros pour construire une nouvelle usine de batteries aux États-Unis. Pourtant, quelques mois plus tôt, le New York Times révélait que l'entreprise menait un intense lobbying afin de lutter contre les réglementations pro-électriques.

Si plus personne ne refuse totalement l'abandon des moteurs à essence, deux camps se sont formés entre les constructeurs automobiles majeurs ces derniers mois.

D'un côté, Ford, Mercedes, General Motors ou Volvo se sont fixés des objectifs clairs pour l'arrêt de la vente de véhicules à moteurs thermiques. De l'autre, Stellantis (PSA, Fiat, Chrysler…), BMW, Volkswagen ou Renault estiment que la transition doit être plus graduelle.

Si Toyota et Honda jouent sur les deux tableaux, ce n'est pas un hasard: ils veulent gagner du temps. Les deux constructeurs développent chacun des technologies différentes de batteries lithium-ion, afin de ne pas dépendre d'une chaîne d'approvisionnement déjà embouteillée. Toyota est ainsi leader dans le développement de véhicules à hydrogène, et Honda planche sur une solid-state battery, promise comme révolutionnaire.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.