Construits mais cloués au sol, des Boeing 737 MAX s'entassent au Grant County International Airport, dans l'État de Washington. | David Ryder / Getty Images North America / AFP
Construits mais cloués au sol, des Boeing 737 MAX s'entassent au Grant County International Airport, dans l'État de Washington. | David Ryder / Getty Images North America / AFP

Le Boeing 737 MAX est-il condamné?

Passé au crible, l'avion révèle de nouveaux défauts potentiellement catastrophiques.

Boeing n'est pas encore, loin s'en faut, sorti des turbulences. Cloué au sol en mars 2019 après deux crashs ayant tué 346 personnes, le 737 MAX est son appareil le plus important sur le plan commercial. Comme le note le New York Times, il représente pour l'entreprise plus de 5.000 commandes, mais sa production a été temporairement stoppée, mettant des centaines de sous-traitants –voire l'économie américaine dans son ensemble– sous pression.

Très critiquée pour son laxisme et ses délégations lors du processus de certification de ce modèle conçu en dépit du bon sens, la Federal Aviation Administration (FAA) le scrute désormais sous toutes les coutures. Et malheureusement pour Boeing, elle découvre de nouveaux problèmes de conception pouvant nécessiter des révisions et éroder un peu plus la confiance des compagnies clientes.

Défauts en cascade

Le New York Times rapporte ainsi que deux groupes de câbles alimentant la queue de l'avion sont trop proches l'un de l'autre et présentent un risque de court-circuit, qui pourrait avoir les mêmes conséquences dramatiques que la défaillance du système logiciel MCAS. Le constructeur cherche actuellement à savoir si le risque est réel. S'il l'est, il devra également modifier les 6.800 exemplaires en service du 737 Next Generation, prédécesseur du 737 MAX.

Ce n'est pas tout. Le quotidien new-yorkais rappelle en outre que Boeing a fait savoir à la FAA qu'elle avait découvert une vulnérabilité accrue de son avion aux éclairs, un phénomène qui n'est pas rare en vol.

Côté moteur, General Electrics et Safran sont eux aussi sur la sellette, après avoir notifié à la FAA une possible faiblesse de l'un de ses rotors. L'agence n'a pour l'instant exigé aucune modification mais réclame des vérifications plus poussées.

La question de l'entraînement des pilotes au maniement du 737 MAX est également sur la table. Alors qu'un article de Bloomberg expliquait fin 2019 comment un changement de culture et une course au profit avaient poussé Boeing à sous-estimer l'importance de la simulation pour un tel avion, la FAA semble désormais vouloir exiger que les personnes qui seront amenées à prendre ses commandes reçoivent une nouvelle formation ad hoc.

Le géant de Seattle arrivera sans aucun doute à faire voler sa précieuse création –il est désormais question d'une reprise au printemps 2020. Ce scandale industriel de grande ampleur laissera néanmoins une trace profonde, durable et dommageable sur la réputation de l'avionneur.

De l'autre côté de l'Atlantique, le rival européen Airbus peut se réjouir. Les malheurs de Boeing ont fait son bonheur et l'entreprise, qui a battu un record de commandes en 2019, devrait embaucher 2.000 personnes pour muscler sa production.

En ce moment

Souhaiter la mort de Tesla, des batteries en diamant, l'espionnage chinois, une journée sur korii.

Et Cætera

Souhaiter la mort de Tesla, des batteries en diamant, l'espionnage chinois, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Promis, juré, la Chine ne volera plus les secrets industriels occidentaux

Tech

Promis, juré, la Chine ne volera plus les secrets industriels occidentaux

Mais la mise en œuvre de cette promesse s'annonce délicate et incertaine.

Des batteries en diamant créées à partir de déchets nucléaires recyclés

Tech

Des batteries en diamant créées à partir de déchets nucléaires recyclés

À la clé de cette promesse, zéro émission de CO2 et une énergie propre pendant plusieurs milliers d'années.