Des boeings 737 MAX cloués au sol à l'aéroport logistique de Californie du Sud à Victorville, le 28 mars 2019. | Mark Ralston / AFP

Des boeings 737 MAX cloués au sol à l'aéroport logistique de Californie du Sud à Victorville, le 28 mars 2019. | Mark Ralston / AFP

Que sont devenus les millions promis aux proches des victimes des crashs de 737 MAX?

Les familles dénoncent une opération de communication.

C'était l'une des premières promesses de Boeing pour tenter d'apaiser la crise sans précédent traversée par l'entreprise après les deux crashs de ses appareils. En juillet 2019, l'avionneur a fait savoir qu'un fond de 100 millions de dollars [92 millions d'euros] serait créé pour compenser les familles des victimes.

Les vols 610 de Lion Air et 302 d'Ethiopian Airlines se sont écrasés à six mois d'intervalle, entraînant à eux deux la mort de 346 personnes. Depuis, les 737 MAX sont cloués au sol et Dennis Muilenburg, PDG de l'entreprise au moment des faits, a quitté l'entreprise.

Quelques mois après cette déclaration, Boeing a précisé que seule la moitié de la somme initialement prévue serait directement reversée aux familles, soit 50 millions de dollars.

La répartition a été confiée au cabinet de Kenneth Feinberg, un avocat spécialisé qui a déjà travaillé sur la compensation des victimes du 11-Septembre et celles de l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon.

Coup marketing

Avant cette annonce, l'avocat Bob Clifford, qui représente une douzaine de familles, dénonçait une offre «vague» et «peu honnête», et certaines familles estimaient que l'opération ne semblait être «qu'un coup marketing» de la part de Boeing.

Pour ne rien arranger à leur colère, un beau pactole a quitté l'entreprise dans les poches de Dennis Muilenburg, son PDG déchu. Bien qu'il ait renoncé à des actions évaluées à 14 millions de dollars et ait décidé de reverser une partie de ses bonus au fonds destiné aux familles, il a quitté ses fonctions en empochant 62,2 millions –soit davantage que la somme allouée aux proches des victimes.

Les 50 millions de dollars destinés au paiement direct sont distribués par tranches de 144.500 dollars. La plupart ont déjà été attribués aux familles, qui sont nombreuses à déplorer une somme dérisoire et à attaquer Boeing en justice.

La répartition des 50 millions restants promet d'être encore plus délicate. La somme est destinée à dédommager les «communautés» touchées par les tragédies et sera investie dans des œuvres honorant les victimes.

L'argent pourrait par exemple financer des organismes humanitaires, dans lesquels une bonne partie des victimes du vol 302 de l'Ethiopian Airlines travaillaient, ou être distribué à des hôpitaux et écoles dans les environs du crash.

Boeing a récemment annoncé que l'avocat Kenneth Feinberg s'occuperait également de ce second fond. Il sera chargé de répartir les 50 millions dans plus de trente-cinq pays, selon un processus de sélection complexe qui, indique-t-il, devrait encore durer plusieurs mois.

En ce moment

Eurostar, en lutte pour sa survie, appelle le gouvernement britannique à l'aide

Biz

Eurostar, en lutte pour sa survie, appelle le gouvernement britannique à l'aide

La compagnie dénonce une inégalité de traitement avec le secteur aérien.

Combien les vaccins contre le Covid-19 rapporteront aux sociétés pharmaceutiques

Biz

Combien les vaccins contre le Covid-19 rapporteront aux sociétés pharmaceutiques

Relativement peu au début, puis potentiellement beaucoup.

Ce site internet permet de brûler (littéralement) tout ce que vous avez détesté en 2020

Et Cætera

Ce site internet permet de brûler (littéralement) tout ce que vous avez détesté en 2020

Un simple e-mail suffit, et vous pourrez assister à la scène en direct.