En moins de vingt ans, les sièges ont été rétrécis de 4 centimètres en moyenne. | Ty_yang via Pixabay
En moins de vingt ans, les sièges ont été rétrécis de 4 centimètres en moyenne. | Ty_yang via Pixabay

Prendre l'avion va devenir de plus en plus inconfortable

Pour faire face à la hausse de la demande, les compagnies aériennes n'hésitent pas à nous entasser.

«Ladies and gentlemen, installez-vous inconfortablement et surtout, serrez bien les jambes.»

Pour beaucoup, prendre l'avion est devenu un réel test d'endurance physique, qui consiste à rester assis·e pendant de nombreuses heures sur de petits sièges, les genous recroquevillés et touchant le siège de devant.

Si vous trouvez cette position inconfortable aujourd'hui, sachez que la situation risque de s'empirer: l'industrie de l'aviation cherche à réduire au minimum l'espace mis à disposition des passagèr·es.

Appareils haute densité

La demande de vols explose partout dans le monde, et notamment en Asie, où cent millions de personnes prennent tous les ans l'avion pour la première fois.

Pour absorber cette nouvelle demande, les compagnies aériennes pourraient simplement agrandir leur flotte. La plupart d'entre elles esquivent pourtant cette option –pas pour des motifs écologiques, mais en raison de la pénurie de pistes et afin d'éviter de verser des droits d'atterrissage supplémentaires.

Dans ce contexte, les transporteurs préfèrent trouver des astuces pour faire rentrer toujours plus de monde dans leurs avions. «L'objectif est de serrer le plus grand nombre de passagers possible. Ça ne fera qu'empirer au cours de la prochaine décennie», prévient Mathieu De Marchi, un consultant en aviation civile basé à Bangkok.

En juin 2019, Cebu Air, le plus gros transporteur aérien low-cost des Philippines, a annoncé que ses nouveaux A330neos compteraient bientôt 460 sièges, soit vingt de plus qu'aujourd'hui.

La compagnie asiatique n'est pas la seule à vouloir nous entasser. Ryanair avait déjà eu l'idée en 2014, en commandant à Boeing Co. des avions haute densité disposant de huit sièges de plus que la version standard du 737.

Cathay Pacific Airways Ltd, une compagnie autrefois traditionnelle, a quant à elle ajouté en 2017 une assise supplémentaire dans chaque rangée de ses Boeing 777-300.

Dix centimètres perdus

Au début des années 2000, les rangs étaient espacés de 86 à 89 centimètres. Désormais, la norme tourne plutôt aux alentours de 77 centimètres, bien que sur des vols courts, nous pouvons avoir affaire à un écartement de 71 centimètres seulement, a calculé Flyers Rights, un groupe américain de défense des droits des passagèr·es. Les sièges, eux, ont été rétrécis de 4 centimètres en moyenne.

Cette baisse de confort n'a pas que des inconvénients: pour les touristes, elle est synonyme de baisse du prix des billets.

La concurrence des transporteurs low-cost a forcé les compagnies aériennes à proposer des tarifs plus avantageux, quitte à facturer des services autrefois gratuits. Évidemment, le surplus d'espace figure parmi les nouveaux extras proposés.

En ce moment

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

Tech

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

En cas d'effondrement, les déchets technologiques auront besoin d'un logiciel pour fonctionner à nouveau.

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

Biz

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

L'économiste Robert Shiller recommande de se pencher sur les histoires pour comprendre les aléas du marché économique.

Comment Tokyo compte sauver ses JO de la canicule

Et Cætera

Comment Tokyo compte sauver ses JO de la canicule

Face aux inquiétudes, la capitale japonaise qui accueillera les Jeux olympiques d'été de 2020 cherche à se rafraîchir.