Bernie Sanders, alors encore candidat. | Brittany Hosea-Small / AFP
Bernie Sanders, alors encore candidat. | Brittany Hosea-Small / AFP

Quand Bernie Sanders arrête sa campagne, la bourse américaine s'envole

«Wall Street a peur de Bernie», disait l'un des slogans du candidat.

Quand Bernie n'est plus là, les marchés financiers dansent. Mercredi 8 avril, le candidat Sanders a annoncé qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle. «Si la campagne s'arrête, le combat pour la justice sociale continue», a déclaré le Démocrate de 78 ans, qui incarne l'aile gauche du parti et s'assume comme «socialiste».

Le sénateur du Vermont avait mis en avant un ambitieux programme social. Il souhaitait par exemple que chaque Américain·e puisse accéder à l'assurance-santé publique, une proposition baptisée «Medicare for all». Les milieux d'affaires et financiers étaient préoccupés par la perspective d'une présidence Sanders et d'éventuelles hausses d'impôts.

779,71 points

Mercredi, la bourse américaine a donc poussé un grand «ouf» de soulagement, Joe Biden étant perçu comme plus pro-business. Le Dow Jones Industrial Average a gagné 779,71 points ou 3,4%, clôturant à 23.433,57. Le S&P 500 a grimpé lui aussi de 3,4%, pour atteindre 2.749,98. Le Nasdaq Composite a pris 2,6%, terminant à 8.090,90.

«Le départ de Sanders supprime le risque de perte associé à certaines de ses propositions et met immédiatement l'accent sur “Biden contre Trump”», déclare Ed Mills, stratège chez Raymond James Asset Management. «Le marché se tournera davantage vers Washington pour aider l'économie et une grande partie de cette aide correspond au programme [de Joe Biden].»

Néanmoins, le secteur financier ferait mieux de ne pas se réjouir trop vite. Bernie Sanders a assuré qu'il «travaillerait» avec Joe Biden. En échange de son soutien et de la mobilisation de ses partisan·es, le sénateur du Vermont demandera probablement au candidat d'orienter son programme plus à gauche.

En ce moment

L'arnaque à 230 millions de dollars du troupeau fantôme

Biz

L'arnaque à 230 millions de dollars du troupeau fantôme

Afin de combler ses pertes boursières, un trader s'est inventé un troupeau de 266.000 vaches.

Les méduses, nouveau cauchemar des réacteurs nucléaires

Tech

Les méduses, nouveau cauchemar des réacteurs nucléaires

Algues, méduses, poissons et réchauffement climatique: un cocktail toxique pour les centrales.

Les superordinateurs chinois, des atouts militaires dans le viseur américain

Biz

Les superordinateurs chinois, des atouts militaires dans le viseur américain

Les États-Unis craignent que ces machines n'aident Pékin à surpasser leurs armes.