2019, annus horribilis pour Boeing. | Stephen Brashear / Getty Images North America / AFP
2019, annus horribilis pour Boeing. | Stephen Brashear / Getty Images North America / AFP

En 2019, Boeing affiche un nombre négatif de commandes

C'est la première fois depuis des décennies.

La crise profonde et sans doute durable que Boeing traverse depuis les crashs de deux de ses 737 Max se manifeste par des chiffres marquants. Si les 80 millions de dollars que le PDG déchu Dennis Muilenburg pourrait emporter avec lui en prenant la porte ont secoué quelques esprits, la firme américaine a aussi annoncé mi-janvier un surprenant nombre négatif de commandes pour l'année 2019.

En clair, et bien que le résultat s'explique également par des règles de comptage plus stricts et par la faillite du bon client indien Jet Airways, cela signifie qu'elle a essuyé plus d'annulations que de nouvelles commandes.

Vrille infernale

Tous comptes faits, et assez logiquement plombé par un 737 Max auquel nombre de compagnies ont décidé de tourner le dos, le total net pour l'année est de moins quatre-vingt-sept avions. Selon un porte-parole de la firme s'exprimant auprès de CNBC, cela fait au moins trente ans que Boeing n'avait pas traversé un tel marasme.

Malgré de bons chiffres pour le 787 Dreamliner, l'avionneur américain est donc à la peine face à son rival européen Airbus. Ce dernier a pu livrer 863 aéronefs en 2019, enregistrant en parallèle un total net de 768 commandes.

La priorité pour Boeing est de faire à nouveau certifier son avion maudit par les autorités compétentes, de le faire revoler, d'en reprendre la production puis la vente. Refroidies par les révélations en cascade sur les méthodes internes à l'entreprise, les compagnies aériennes se précipiteront-elles pour commander des 737 Max en masse? Rien n'est moins sûr.

En ce moment

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Et Cætera

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Ce qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui.

La présidentielle américaine booste le business des armes

Et Cætera

La présidentielle américaine booste le business des armes

Au point que le FBI est débordé de demandes de «background checks».

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

Tech

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

C'est un bijou technologique, mais l'incertitude plane sur son financement et ses débouchés commerciaux.