Les vitrines ne seront pas vides, mais pas sûr qu'il y ait assez de client·es pour les regarder. | Ron Dauphin via Unsplash
Les vitrines ne seront pas vides, mais pas sûr qu'il y ait assez de client·es pour les regarder. | Ron Dauphin via Unsplash

Le Brexit donne des migraines au Père Noël

Les magasins de jouets, mais pas seulement, doivent anticiper une éventuelle sortie de l'union douanière.

Noël arrive dans quelques semaines. Si la plupart d'entre nous n'avons pas encore débuté les préparatifs des festivités, d'autres sont déjà en surchauffe: les commerçant·es, notamment celles et ceux spécialisé·es dans le jouet, s'activent pour être fin prêt·es en décembre.

À peu près au même moment, le 31 octobre, le Royaume-Uni est supposé quitter l'Union européenne. Si elle finit par intervenir, cette sortie devrait ralentir significativement les importations et exportations entre l'île et l'UE.

Heureusement pour les enfants britanniques, 70% des jouets importés dans le royaume proviennent de pays non européens. Mais parmi les 30% restants, il y a des stars des sapins, comme Lego et Playmobil, produits et distribués depuis l'UE.

«Ces entreprises auront peut-être des problèmes avec leur stock destiné au Royaume-Uni si le trafic routier est perturbé», confie à Wired Gary Grant, le président de The Entertainer, le plus grand vendeur de jouets indépendant du pays avec plus de 160 boutiques.

Le Père Noël retenu à la frontière

Pour remédier à cela, les distributeurs ont anticipé en important leurs stocks courant octobre, avant que de potentielles taxes et ralentissements ne puissent perturber leur commerce. «Nous avons dit à nos fournisseurs que, plutôt que les dates habituelles en novembre ou décembre, nous voulions être livrés en septembre ou octobre», précise Grant.

Les étals ne seront donc pas vides pour les achats de Noël. En revanche, la question qui inquiète plus sérieusement les marchand·es de jouets est de savoir s'il y aura des gens pour les acheter.

Car plus le Brexit approche, plus les sondages montrent que les consommateurs et consommatrices britanniques sont pessimistes quant à l'incidence d'une sortie de l'UE sur leurs finances. Si le Brexit n'est pas repoussé, accord ou pas, les Britanniques risquent fort d'être très prudents dans les mois qui viennent.

Ce serait un problème pour les détaillants du jouet qui font une grande partie de leur chiffre d'affaires durant cette période, mais aussi pour les distributeurs de cadeaux plus chers, comme le high-tech, qui pourraient voir leurs ventes en pâtir.

En ce moment

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Et Cætera

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Tech

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Mais le faire semble plus risqué que ne pas s'en occuper.

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Et Cætera

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Le gouvernement assume une hausse massive du chômage afin de permettre à l'économie de se réajuster.