Le succès de ces jeunes gens pourrait déteindre sur bien d'autres artistes. | Kevin Winter / Getty Images North America / AFP
Le succès de ces jeunes gens pourrait déteindre sur bien d'autres artistes. | Kevin Winter / Getty Images North America / AFP

L'homme derrière le carton K-pop BTS dessine le futur du music business

En créant un écosystème d'applications autour des artistes, Bang Si-hyuk souhaite réinventer les rapports de force.

L'application Weverse, destinée principalement aux fans du groupe de K-pop BTS, a été lancée il y a deux mois et compte déjà plus de 2,5 millions d'utilisateurs et d'utilisatrices.

Créée par le label de musique sud-coréen Big Hit Entertainment pour les fans de ses groupes, qui incluent aussi le nouveau groupe masculin TXT ou, par exemple, le groupe féminin GFriend (dont Big Hit a acquis le label, Source Music, en juillet dernier), elle permet aux communautés de fans de se retrouver sur un espace officiel et d'accéder à des contenus exclusifs.

Elle génère également 800.000 visites par jour et a déjà crashé du fait d'un trop grand trafic fin août –lorsque Jungkook, l'un des sept membres de BTS a posté trois messages sur l'application.

Dans une rare interview donnée à Fast Company, Bang Si-hyuk, le directeur général de Big Hit Entertainment, explique que Weverse n'est que la première pierre d'un futur écosystème d'applications et de services qu'il aimerait à terme rassembler, afin de créer une «super-app» pour l'industrie musicale.

Collecter les données

L'autre pierre qui compose cet édifice est Weply, une plateforme customisée d'e-commerce à destination de la clientèle coréenne, mais aussi des client·es du monde entier.

«Le problème que j'ai remarqué est que nous n'avons pas de données concrètes sur nos clients», constate Bang Si-hyuk dans cette interview. «Toutes ces données sont dans les mains des détailants. […] Comment pouvons-nous innover sans chiffres pour soutenir [nos idées]

Les nouveaux et nouvelles venu·es sur Weply et Weverse doivent accepter de donner leurs données à des fins marketing à leur inscription sur le site. «Globalement, nous avons vu une hausse d'environ 45%», remarque Bang Si-hyuk depuis le lancement des deux plateformes, en comparaison avec les solutions traditionnelles précédemment en place.

«C'est ce que nous appelons “l'économie du fandom”. Nos consommateurs sont très passionnés et dépensent énormément. […] Nous nous sommes toujours concentrés sur le contenu et le fan.»

Fans et produits dérivés

La ou le fan, lorsqu'il s'agit de K-pop, est toujours au centre de l'expérience. Les produits dérivés représentent une grosse partie des revenus pour les groupes et, dans le cas de BTS, son succès international a été grandement influcencé par son incroyable fanbase, les ARMY.

Bang Si-hyuk imagine donc réunir ces deux espaces, l'espace de discussion et l'espace d'achat, pour créer une application unique où les fans peuvent en un clic accéder à tous les services.

Le directeur général affirme que cette démarche n'existe pas encore dans le milieu musical (elle a cependant déjà investi d'autres milieux comme celui du livre, avec Wattpad par exemple).

«La différence avec le marché musical américain est que les droits sont distribués entre des entités très différentes, note-t-il toutefois. Il y a les labels d'enregistrement, les artistes eux-mêmes, les entreprises de management. Il est très difficile de rassembler ces droits au même endroit. […] Dans les deux prochaines années, alors que [nous] collecterons de plus en plus de données, d'autres entités voudront entrer dans cet écosystème.»

En ce moment

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Et Cætera

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Le gouvernement assume une hausse massive du chômage afin de permettre à l'économie de se réajuster.

La fausse promesse des hybrides rechargeables

Tech

La fausse promesse des hybrides rechargeables

En conditions réelles, elles émettent beaucoup plus de dioxyde de carbone qu'annoncé.

Combien d'or reste-t-il à miner?

Biz

Combien d'or reste-t-il à miner?

Nous avons déjà extrait 80% de l'or souterrain. Le «peak gold» est-il déjà atteint?