«Deux tiers de la population mondiale va être confrontée à une pénurie d'eau d'ici 2025», explique l'un des hommes ayant imaginé ce produit financier. | Kristopher Roller via Unsplash
«Deux tiers de la population mondiale va être confrontée à une pénurie d'eau d'ici 2025», explique l'un des hommes ayant imaginé ce produit financier. | Kristopher Roller via Unsplash

En Californie, l'eau devient un produit financier comme les autres

Après le pétrole ou le blé, les opérateurs de bourse s'apprêtent à lancer des contrats à terme sur l'eau.

On peut échanger à peu près n'importe quel bien en bourse: le pétrole, l'or, le blé, le jus d'orange, le soja ou même le fromage. Désormais, les investisseurs et investisseuses pourront miser sur une nouvelle denrée se faisant rare: l'eau de Californie. Les opérateurs de bourse, le Chicago Mercantile Exchange (CME) et le Nasdaq, s'apprêtent ainsi à lancer d'ici à la fin de l'année des contrats à terme sur l'eau californienne.

Bien évidemment, il ne s'agit pas de se faire livrer des camions-citernes d'eau. Ces instruments purement financiers serviront essentiellement à ceux et celles qui consomment beaucoup –comme les producteurs et productrices d'amandes ou les industriels– à se couvrir contre la volatilité des prix.

Ces contrats à terme pourront également servir d'outil financier pour se protéger contre d'autres risques, comme l'inflation ou le changement climatique, fait valoir Lance Coogan, le directeur du Nasdaq Veles California Water Index.

Cet indice, lancé en 2018, est calculé sur la base des achats d'eau réalisés la semaine précédente en surface et dans quatre réserves souterraines de l'État.

Bientôt chez vous

Le prix des contrats sera exprimé en dollars par acre-pieds, soit l'équivalent d'une surface de 4.047 mètres carrés pour une profondeur de 30 centimètres d'eau (environ 1,2 million de litres), détaille Euronews.

Le Veles California Water Index cote actuellement à 500 dollars, deux fois le prix constaté en mars. Les cours ont triplé au printemps dernier à la suite d'un mois de février exceptionnellement sec.

En raison de son importante population et de sa puissante agriculture, la Californie est particulièrement confrontée aux pénuries d'eau: 40% de sa consommation est liée à l'irrigation de 3,5 millions d'hectares de production agricole.

Longtemps quasi gratuite (il suffisait de pomper dans la nappe phréatique), l'eau est devenue payante en 2014 avec le Sustainable Groundwater Management Act (SGMA), qui instaure des quotas selon les différents usages.

Le marché de l'eau en Californie est estimé à 1,1 milliard de dollars par an, selon Tim McCourt, responsable des indices financiers au CME. «Le fait de disposer d'un marché à terme de l'eau solide et transparent va contribuer à aligner plus efficacement l'offre et la demande de cette ressource vitale», explique-t-il, ce qui peut, à son tour, aider les consommateurs et consommatrices.

Pour le CME, cet indice a la capacité à devenir «une référence mondiale» en matière du prix de l'eau. «Deux tiers de la population mondiale va être confrontée à une pénurie d'eau d'ici 2025», met-il en avant.

Jusqu'à présent, les dérivés liés à l'environnement sont restés des marchés de niche. Le CME offre par exemple des contrats à terme sur la météo, qui permet aux entreprises et aux agriculteurs et agricultrices de se protéger contre les aléas climatiques. Moins de 4.000 positions sont actuellement ouvertes sur ces produits.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.