Un petit symbole qui peut rapporter gros. | Wesley Gibbs via Unsplash

Un petit symbole qui peut rapporter gros. | Wesley Gibbs via Unsplash

La weed allume la Bourse de Toronto

Trois petites lettres qui peuvent tout changer: le buzz assuré.

S'il fallait remettre le prix du meilleur symbole boursier, il serait probablement attribué à Weekend Unlimited Inc. Cette petite entreprise canadienne de production de cannabis est la fière détentrice du symbole boursier «POT» –l'info prend tout son sens quand on sait que «pot» est un mot d'argot anglais pour désigner du cannabis.

Le symbole était jusqu'à ce jour la propriété de Potash Corp, leader mondial de production de potasse, qui a dû s'en débarrasser à la suite d'une fusion avec une autre société. L'aubaine était si belle que quarante entreprises ont déposé une demande pour le récupérer: devant cette forte convoitise, et le marché de la weed étant devenu un enjeu économique important partout où elle a été légalisée, la Bourse de Toronto a organisé pour la toute première fois de son histoire une loterie, pour s'assurer du caractère équitable de l'attribution.

YOLO: +148%

Cette acquisition est notamment importante pour faire connaître, donc croître, la petite société. Dans un communiqué, son directeur Brian Keane espère que cela «augmente [sa] visibilité au sein de la communauté d'investisseurs et aide à élargir [sa] base d'actionnaires».

Grâce à cette victoire, Weekend Unlimited a vu le cours de son action augmenter de 148% dans les heures qui ont suivi. La société possédait pourtant déjà un symbole original, celui de «YOLO», acronyme de «you only live once» (on ne vit qu'une fois).

Si le symbole «POT» était si prisé, c'est parce que «WEED» est déjà pris: il est en la possession de Canopy Growth Corporation, la plus grande entreprise de cannabis du monde par sa capitalisation boursière.

En ce moment

Et si la coopérative était la réponse à l’uberisation?

Biz

Et si la coopérative était la réponse à l’uberisation?

À New York, des personnes qui gagnent leur vie en faisant le ménage travaillent via une plateforme qui leur appartient mutuellement –pour 5% de leurs revenus.

Plus on connaît un algorithme, moins on lui fait confiance

Tech

Plus on connaît un algorithme, moins on lui fait confiance

Une chercheuse estime que la capacité d'échapper à la dépendance vis-à-vis des ces formules mathématiques est à l'origine d'une nouvelle fracture numérique.

La concurrence pousse Netflix à la transparence des chiffres

Biz

La concurrence pousse Netflix à la transparence des chiffres

La plateforme a fait part de sa volonté d'ouvrir ses données aux producteurs comme au public: une nouveauté de taille et un signe que la concurrence est prise très au sérieux.