Le Portugal, le rêve (et quelques économies). | Tobia Tullius via Unsplash
Le Portugal, le rêve (et quelques économies). | Tobia Tullius via Unsplash

Cette autre optimisation fiscale qui fait perdre des milliards à l'Europe

Le soleil n'est pas la seule raison de l'attirance des retraités pour le sud.

Selon l'ONG Tax justice Network, 483 milliards de dollars sont perdus chaque année du fait de l'optimisation fiscale des multinationales et des particuliers fortunés transférant leur argent dans les paradis fiscaux.

Mais il est d'autres paradis fiscaux dont on parle moins: les régimes très avantageux octroyés par certains pays européens aux retraités. L'Observatoire européen sur la fiscalité, dirigé par l'économiste Gabriel Zucman, vient ainsi de publier un rapport la question montrant que l'Europe perd près de 4,5 milliards d'euros d'impôts à cause de ces régimes fiscaux particuliers.

Au fil des années, de nombreux pays européens ont mis en place des avantages fiscaux pour attirer les retraités à fort pouvoir d'achat, afin de doper la consommation. En 1994, l'UE recensait seulement 5 régimes de ce type en Irlande, Grande Bretagne, Belgique, Pays-Bas et Danemark. En 2020, leur nombre s'élevait à 28.

L'un de cas les plus connus est celui du Portugal, qui a instauré en 2009 un régime fiscal permettant aux retraités s'installant dans le pays d'être totalement exemptés d'impôts sur le revenu et les pensions durant 10 ans, à condition de résider dans le pays au moins six mois par an.

Le taux d'imposition a bien été relevé de 0% à 10% en 2020, mais demeure très avantageux. Le Portugal a depuis inspiré d'autres pays, comme Malte, Chypre, et tout récemment l'Italie, qui ont adopté un régime similaire, ou d'autres outils tels que l'impôt forfaitaire, le taux d'imposition unique, les différentes tranches de l'impôt sur le revenu applicables uniquement aux nouveaux contribuables et diverses déductions.

Fiscalité héliocentrique

Ces schémas fiscaux attirent de plus en plus de monde, relève le rapport relayé par Les Échos. Plus de 200.000 contribuables aisés profitent de régimes de faveur dans l'UE, un chiffre probablement largement sous-estimé en raison de l'absence de données récentes.

Au 31 décembre 2020, sur plus de 14 millions de retraités français, 1,2 million touchait leur pension dans un pays étranger, selon les chiffres de l'Assurance retraite (même si la plupart sont des binationaux et ne le font pas pour des raisons fiscales).

Au total, le manque à gagner fiscal pour le pays de l'UE s'élève à 4,5 milliard d'euros, l'équivalent du budget Erasmus pour les étudiants. «La concurrence fiscale entre les États membres fait peser des risques sur les finances publiques, l'égalité sociale et la cohésion sociale et politique», met en garde l'Observatoire.

À Chypre, en Grèce, au Portugal et en Italie, la charge fiscale des retraités étrangers ne représente par exemple que 15% à 25% de celle des retraités nationaux pour une retraite imposable de 150.000 euros par an. De quoi faire enrager ces derniers, dont le pouvoir d'achat est en plus souvent moins élevé.

Difficile pour l'Europe d'empêcher une telle course au moins-disant fiscal, les compétences en matière de fiscalité restant un domaine exclusif des Etats membres. Mais il serait possible d'instaurer un mécanisme obligeant un résident parti à l'étranger à continuer de payer ses impôts dans son pays d'origine pendant un certain nombre d'années, histoire de rendre le dispositif moins intéressant.

Reste qu'il n'y a pas que la question des impôts: de nombreux retraités choisissent le Portugal ou la Grèce pour leur climat, le moindre coût de la vie et de l'immobilier.

«En périphérie d'Athènes, vous pouvez avoir un appartement de 90 mètres carrés avec terrasse en bord de mer à 290.000 euros», souligne Ellen Sannier, cofondatrice de deux agences immobilières en Grèce. À Nice, le prix du mètre carré peut frôler les 17.000 euros.

En ce moment

Dans l'espace, le statoréacteur restera longtemps de la science-fiction

Tech

Dans l'espace, le statoréacteur restera longtemps de la science-fiction

La promesse est pourtant belle.

Le Hamas accuse Israël d'avoir tué un plongeur à l'aide d'un dauphin de combat

Et Cætera

Le Hamas accuse Israël d'avoir tué un plongeur à l'aide d'un dauphin de combat

Une accusation pas si bizarre qu'il n'y paraît.

«The Enigma», le diamant noir de 555,5 carats venu d'outre-espace

Tech

«The Enigma», le diamant noir de 555,5 carats venu d'outre-espace

Un investissement extraterrestre.