Si la loi sur les PFAS change, le conglomérat 3M pourrait devoir débourser 9 milliards de dollars. | André Robillard via Unsplash
Si la loi sur les PFAS change, le conglomérat 3M pourrait devoir débourser 9 milliards de dollars. | André Robillard via Unsplash

Plusieurs multinationales détestent déjà le prochain film de Mark Ruffalo

D'après Bank of America, «Dark Waters» pourrait alerter le public sur les dangers des PFAS, au grand dam des entreprises ayant recours à ces produits polluants.

La sortie prochaine de Dark Waters, le nouveau film de Todd Haynes (Carol, I'm Not There), donne des sueurs froides à l'une des plus grosses entreprises au monde.

Inspiré d'une histoire vraie, le scénario est adapté d'un article paru dans le New York Times Magazine le 6 janvier 2016, intitulé «L'avocat devenu le pire cauchemar de DuPont».

L'avocat Robert Bilott, incarné dans le film par Mark Ruffalo, s'est battu pendant quinze ans pour prouver que l'entreprise de chimie DuPont répandait des déchets empoisonnant le bétail et les résident·es d'une zone rurale en Virginie-Occidentale.

Si l'affaire abordée dans le film s'est conclue par un accord entre l'entreprise et les plaignant·es, les produits dont il est question, appelés PFAS (perfluoroalkyl et polyfluoroalkyl acid substances), n'ont pas été uniquement utilisés par DuPont.

Coup de projecteur

En prévision de sa sortie en salle, une note de Bank of America dévoilée par CNBC prévient que le film pourrait indirectement coûter très cher aux entreprises ayant utilisé et répandu des PFAS.

D'après les analystes, le long-métrage risque de «sensibiliser l'opinion publique à la question des PFAS et accroître la pression en faveur d'un changement de législation».

Ce changement pourrait mener à la classification des PFAS en tant que «hazardous substance» («substance dangereuse»), ce qui forcerait les entreprises ayant contribué à le répandre à décontaminer les zones polluées –ou bien à laisser l'État le faire, mais le rembourser intégralement.

Autant dire que ce ne serait pas chose facile, puisque selon l'organisation écologiste Environmental Working Group, les États-Unis compteraient quelque 1.361 sites pollués aux PFAS, surnommés «produits chimiques éternels» pour leur très longue durée de vie dans la nature.

La note de Bank of America vise en particulier le conglomérat 3M, classé par Fortune 95e entreprise des États-Unis en matière de chiffre d'affaires. Les analystes estiment qu'une classification des PFAS comme produits dangereux pourrait coûter 1 milliard de dollars à l'entreprise pour la décontamination et 8 milliards supplémentaires en dédommagements.

Dans le pire cas de figure pour 3M, ce montant pourrait même grimper à 102 milliards de dollars, bien que les banques estiment ce scénario «peu probable». Dark Waters sortira en salle le 26 février 2020.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.