Take you to the candy shop. | Sylvanus Urban via Unsplash

Take you to the candy shop. | Sylvanus Urban via Unsplash

Comment devenir riche en vendant des bonbons à l'école

Sur YouTube, des vidéos détaillent comment devenir le Tony Montana de la cour de récré.

Sur internet, il y a des tutos pour tout. Peu importe la question que vous vous posez, il y a très probablement déjà un post de blog ou une chaîne YouTube dédiée où se trouve la réponse. Certain·es font même leur spécialité d'aider les internautes dans leur domaine de prédilection.

C'est le cas d'Edward, un Américain originaire de Tucson, dans l'Arizona, plus connu sous le nom de PapiChuloTV. Du haut de ses 20 ans, le jeune homme prodigue des conseils dans le domaine de la vente de sucreries à l'école. Une activité qui lui a permis, dit-il, de gagner 20.000 dollars [18. 286 euros] pendant ses années passées au lycée.

Sur sa chaîne YouTube, tous les codes pour millenials sont présents: miniatures avec emojis et mine ahurie, titres tapageurs, etc. Ses vidéos comptent entre 10.000 et 20.000 vues chacune, parfois jusqu'à 50.000 ou 60.000. L'une d'entre elles, «Si vous vous faites surprendre en train de vendre des bonbons à l'école (Faites ça!) | Mes meilleurs conseils» culmine même à plus de 100.000 visionnages.

Ce ne sont pas forcément des chiffres démesurés, mais tout porte à croire que son audience de près de 24.000 abonné·es, essentiellement des jeunes garçons âgés de 13 à 18 ans, est plus là pour apprendre que pour se divertir.

Passer le relais

Ses vidéos, composées d'une voix off et d'images d'Edward vendant des sucreries à des lycéen·nes, ressemblent à celles qui prétendent expliquer comment devenir riche rapidement grâce à telle ou telle astuce financière. À la différence près que celles-ci sont destinées aux moins de 18 ans.

PapiChulo y égrenne des conseils très terre à terre sur les manières de maximiser ses profits ou sur la marche à suivre pour se remettre à vendre après avoir été puni. Il explique ainsi qu'il ne faut jamais faire de crédit, dissimuler son stock dans l'école et répond aux commentaires de ses abonné·es.

Interrogé par Wired, le boss du #Candycartel explique qu'il s'inspire de sa propre expérience. Au lycée, il achetait chaque semaine pour environ 500 dollars de bonbons et sodas puis les revendait pour 2.000 dollars [1.828 euros].

Maintenant qu'il n'est plus au lycée, il espère donc pouvoir profiter de son expérience pour devenir le gourou des dealers de bonbon. «Je n'ai plus l'âge pour plus vendre, mais je peux partager mes connaissances», détaille-t-il à Wired.

En ce moment, son business est en berne à cause du coronavirus, mais il affirme gagner de 250 à 300 dollars par mois grâce aux pubs YouTube, et avoir vingt-cinq clients qui suivent ses cours personnalisés à 59 dollars [54,93 euros].

En ce moment

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Et Cætera

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Ce qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui.

La présidentielle américaine booste le business des armes

Et Cætera

La présidentielle américaine booste le business des armes

Au point que le FBI est débordé de demandes de «background checks».

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

Tech

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

C'est un bijou technologique, mais l'incertitude plane sur son financement et ses débouchés commerciaux.