Ne vous croyez pas moins surveillé·e dans une grande surface ou un centre commercial que sur internet. | frankie cordoba via Unsplash
Ne vous croyez pas moins surveillé·e dans une grande surface ou un centre commercial que sur internet. | frankie cordoba via Unsplash

Les magasins physiques fliquent aussi vos données personnelles

À l'instar du e-commerce, les boutiques en dur ont leurs propres stratagèmes pour collecter vos informations.

De plus en plus, la clientèle qui fait ses courses en magasin est sollicitée en ligne après être rentrée chez elle, que ce soit par le biais de publicités ciblées ou grâce à des mails promotionnels lui étant directement adressés. Comment les magasins physiques parviennent-ils à nous identifier et à collecter nos données lorsque nous sommes en train de pousser un caddie dans leurs rayons?

Tout passe par le smartphone, un objet que nous trimballons partout et en toutes circonstances. Grâce à lui, les enseignes ont accès à une mine d'informations sur nous –produits préférés, sites web visités, sexe, âge, adresse et bien plus encore– happées à notre insu, sans notre consentement conscient.

Il suffit simplement que les client·es téléchargent l'application d'un magasin ou se connectent au wifi gratuit qui y est proposé, pour que les boutiques et centres commerciaux puissent espionner leurs comportements d'achat en toute discrétion.

Suivi actif

Car pour accéder au wifi en magasin, il faut la plupart du temps passer par un portail captif, qui demande aux internautes de renseigner un certain nombre d'informations personnelles, notamment une adresse e-mail, puis d'accepter les conditions d'utilisation rattachées au service –celles que personne ne lit jamais.

En faisant cela, les client·es accordent l'autorisation de collecter leurs données et de les utiliser ensuite à des fins commerciales. En outre, cette simple connexion wifi permet d'installer des cookies sur leurs navigateurs et de suivre ensuite leur activités en ligne.

«Ils peuvent voir quand et à quels sites vous vous connectez, et se servir de ces informations pour créer un profil comportemental. L'historique de navigation peut être utilisé pour tracer un grand nombre de données –âge, revenu, origine ethnique, religion, tendance politique– pour créer des annonces ciblées», précise Bennett Cyphers, un expert de cette question à la Electronic Frontier Foundation, auprès de Recode.

Pour ne rien arranger, les applications que les enseignes mettent à la disposition des consommateurs et consommatrices pour les aider à faire leurs courses renforcent encore ce système d'espionnage, digne d'un James Bond de la distribution. En leur permettant de créer des listes, de scanner les codes-barres des articles ou d'essayer virtuellement des produits, ces logiciels augmentent encore le flot d'informations exploitables.

Sans compter que les balises Bluetooth, déployées à grande échelle dans la plupart des points de vente, capturent elles aussi des données, de manière plus furtive et moins détectable encore.

Dès lors, une seule solution semble efficace pour protéger ses données personnelles lorsque l'on part faire du shopping: laisser son smartphone éteint... ou à la maison.

En ce moment

Des jeux pour travailler, le pétrole qui se noie, la menace d'une crise alimentaire, une journée sur korii.

Et Cætera

Des jeux pour travailler, le pétrole qui se noie, la menace d'une crise alimentaire, une journée sur korii.

Le récap' du jour.

Contre le coronavirus, l'Inde mise sur le DIY et le low-tech

Et Cætera

Contre le coronavirus, l'Inde mise sur le DIY et le low-tech

Le pays manque de moyens, mais certainement pas d'idées.

Si le travail vous manque, le jeu vidéo peut vous remettre au boulot

Tech

Si le travail vous manque, le jeu vidéo peut vous remettre au boulot

On peut tout simuler, même les cadences infernales.