Selon les registres qui ont pu être consultés par l'association, la compagnie Wizz Air représente plus de la moitié du montant total dû aux passagers. | shawnanggg via Unsplash
Selon les registres qui ont pu être consultés par l'association, la compagnie Wizz Air représente plus de la moitié du montant total dû aux passagers. | shawnanggg via Unsplash

Les compagnies aériennes doivent plusieurs millions de livres aux passagers anglais

Tout ça à cause de remboursements qui restent à effectuer.

«Un système dysfonctionnel de règlement des litiges.» C'est la cause avancée par l'association de consommateurs Which?, pour expliquer l'immense somme que certaines compagnies aériennes doivent à leurs passagers anglais. Selon le Guardian, l'association a mené une enquête qui chiffre à 4,5 millions de livres sterling, soit environ 5,14 millions d'euros, la dette accumulée par des compagnies comme Wizz Air ou Ryanair.

Which? appelle le gouvernement anglais et les instances de régulation à prendre des mesures le plus rapidement possible, arguant que l'application actuelle de protection des passagers aériens est «fondamentalement défectueuse». Le montant de la dette a été calculé selon les jugements des tribunaux de comté chargés de régler les litiges commerciaux. De fait, les consommateurs peuvent recourir à ces tribunaux s'ils estiment que les compagnies aériennes n'ont pas respecté leurs obligations légales.

Rocio Concha, le directeur des politiques et des plaidoyers de Which?, affirme: «​​​​L'ampleur des jugements des tribunaux contre les grandes compagnies aériennes est le résultat d'un système où toutes les chances sont contre les passagers et où les compagnies se sentent aptes à ignorer régulièrement leurs obligations légales de payer des remboursements et des indemnisations.»

Selon les registres qui ont pu être consultés par l'association de consommateurs, la compagnie Wizz Air représente plus de la moitié du montant total dû aux passagers. En décembre, c'est la Civil Aviation Authority (CAA) qui faisait part de ses «préoccupations importantes» à l'entreprise, concernant les retards de paiements. Ce à quoi celle-ci répondait que c'était le «niveau sans précédent de perturbations» pendant la pandémie de Covid-19 qui en était responsable.

La fin de l'impunité?

L'une des demandes de Which? concernant la CAA est qu'elle soit «plus transparente dans sa manière de faire appliquer les règles». Anna Bowles, une responsable de l'institution affirme: «Les passagers doivent être traités justement par les compagnies et voir leurs plaintes et revendications résolues de manière rapide et efficace. Nos dernières données sur les plaintes contre des compagnies aériennes vont être publiées rapidement, ainsi que toutes les mesures que nous envisageons de prendre si le service ne s'améliore pas.»

Les registres consultés par Which? montrent que Ryanair cumule 549.892 livres (environ 627.500 euros) de dette sur 840 jugements. La compagnie British Airways, quant à elle, est redevable de plus de 96.042 livres (près de 109.600 euros) sur 82 jugements, tandis que la dette d'EasyJet s'élève à 611.436 livres (soit environ 697.600 euros).

Selon EasyJet, l'entreprise aurait payé ses dettes, mais les registres consultés ne seraient pas à jour. C'est aussi la défense avancée par la compagnie TUI Airways, dont un porte-parole a déclaré: «Dans la plupart des cas, le dossier n'a pas été mis à jour. TUI Airways prendra des mesures pour y remédier.» Plusieurs entreprises mises en cause telles que AviationADR, Ryanair, Jet2 ou British Airways ont été approchées, mais n'ont pas souhaité faire de commentaires.

En ce moment

Comment le Groupe Wagner cherche à recruter sur les réseaux sociaux

Et Cætera

Comment le Groupe Wagner cherche à recruter sur les réseaux sociaux

En français, en espagnol, ou encore en vietnamien, la milice veut ratisser large.

SafetyWing, la start-up dans laquelle tout le monde gagne le même salaire

Biz

SafetyWing, la start-up dans laquelle tout le monde gagne le même salaire

Qui que vous soyez, où que vous viviez.

Pour garder le contrôle d'un drone, une IA pourrait «tuer» son opérateur

Tech

Pour garder le contrôle d'un drone, une IA pourrait «tuer» son opérateur

Pas très rassurant.