Des petits sous, des petits sous, toujours des petits sous. | Pepi Stojanovski via Unsplash
Des petits sous, des petits sous, toujours des petits sous. | Pepi Stojanovski via Unsplash

Chaque compte américain rapportera 226 dollars à Facebook en 2021

C'est beaucoup plus que sur Instagram.

Repris par Axios, le chiffre de 225,89 dollars (200 euros) de chiffre d'affaires moyen par compte Facebook en 2021 est une estimation réalisée par le site spécialisé eMarketer, et ne concerne que les Américain·es utilisant la plateforme.

Malgré les précautions d'usage, il n'en est pas moins intéressant. Il donne une idée de ce que vaut réellement l'apparente gratuité de notre utilisation des réseaux et de la manière dont ces derniers, en grande partie, créent leur valeur: en vendant et en ciblant de la publicité.

Instagram à la traîne

Pour tous ces sites, la monétisation de nos comptes est le nerf de la guerre. Elle est un Graal qu'a longtemps poursuivi Twitter sans grand succès, avant d'annoncer en avril 2019 des chiffres suffisamment encourageants pour faire bondir son cours en bourse.

Propriété de Facebook où la publicité est désormais partout (fil d'actualité, vidéos, marketplace), Instagram reste à la traîne en la matière malgré une croissance plutôt solide à en croire les chiffres d'eMarketer. Selon ces derniers, le chiffre d'affaires généré par un compte américain sera en moyenne de 125,75 dollars en 2021.

Ce n'est donc pas un hasard si le réseau social de partage d'images a annoncé le 26 juin qu'il allait insérer de la pub dans son onglet «Explore». Visité au moins une fois par mois par la moitié de son gros milliard de membres (selon lui), il est le seul espace qui, jusqu'ici, avait échappé aux marques.

Le fait, aux États-Unis, de pouvoir commander des produits directement via l'application et la fonction «Checkout», sans passer par le site des marques concernées, pourrait également constituer une importante nouvelle source de revenus pour Instagram.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.