Une preuve que la volonté politique peut renverser des montagnes, même de sucre. | Thomas Kelley via Unsplash
Une preuve que la volonté politique peut renverser des montagnes, même de sucre. | Thomas Kelley via Unsplash

Le Chili est en passe de gagner sa guerre contre le sucre

Le pays a adopté les mesures les plus radicales au monde pour lutter contre l'obésité. Et ça semble fonctionner.

Depuis 2016, le Chili s'est emparé du fléau de l'obésité. Le pays d'Amérique du Sud est particulièrement concerné, puisque près de trois quarts de la population adulte et plus de la moitié des enfants y sont en surpoids –l'un des taux les plus élevés de la planète.

Une mesure adoptée en 2014 avait déjà relevé la taxe sur les boissons sucrées à 18%, contre 13% auparavant. Grâce à la mise en place d'une nouvelle législation agressive en 2016, la consommation de ces boissons au Chili a chuté de près de 25% entre 2015 et 2017, révèle une étude publiée dans PLOS Medicine.

Dans le même temps, l'équipe de recherche a enregistré une hausse de 5% de la consommation d'eaux minérales, de boissons light ou de jus de fruits sans sucre ajouté. «Du jamais vu» selon Lindsey Smith Taillie, épidémiologiste à l'université de Caroline du Nord à Chapell Hill, spécialisée dans la nutrition et autrice principale de l'étude.

«Un effet de si grande ampleur au niveau national, dans la première année d'application, est un signe encourageant pour la prévention de maladies telles que l'obésité, l'hypertension ou le diabète», indique-t-elle au New York Times.

Logo noir et pubs interdites

Loin d'être frileuse, la législation chilienne a obligé les industriels à revoir leurs packagings pour faire figurer une signalétique de couleur noire sur les produits jugés trop gras, trop sucrés ou trop salés.

Certains personnages, tels que le célèbre basketteur Tony Le Tigre, ont été contraints de prendre leur retraite d'égérie publicitaire et leur image a disparu des paquets de céréales. La junk food a également été bannie des cantines scolaires.

Quant aux publicités vantant les mérites de ce genre de nourriture, elles sont désormais interdites d'antenne entre 6 heures du matin et 10 heures du soir, divisant par deux le nombre de messages publicitaires de ce type auxquels les enfants sont exposés.

Camila Corvalán, nutritionniste à l'université du Chili et coautrice de l'étude, espère qu'en visant la population enfantine, cette législation aidera la nouvelle génération à repenser sa façon de s'alimenter et à se tourner vers des produits sains.

Le Pérou, l'Uruguay et Israël ont d'ores et déjà repris le logo noir du Chili. Le Brésil et le Mexique devraient présenter une signalétique similaire dans les mois à venir, et une dizaine d'autres pays étudient actuellement cette option.

Face à l'approche radicale du gouvernement chilien, plusieurs grands groupes de l'industrie alimentaire ont été contraints de revoir leur copie: Nestlé, Coca-Cola et PepsiCo ont revu à la baisse le taux de sodium ou d'édulcorants de synthèse dans de nombreux aliments.

Un porte-parole de chez Nestlé affirme à ce titre que l'entreprise aurait éliminé plus de 3.000 tonnes de sucre de la composition de ses céréales et produits laitiers vendus sur le marché chilien.

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.