Ce texto peut sans doute attendre trente minutes. | Phuong Tran via Unsplash
Ce texto peut sans doute attendre trente minutes. | Phuong Tran via Unsplash

Consulter votre smartphone dans les magasins peut vous coûter cher

Être distrait·e par son téléphone pendant ses courses augmente le risque de réaliser des achats impulsifs.

Depuis que tout le monde a un smartphone dans la poche, il est de plus en plus rare de s'ennuyer. Trajet de transports en commun ou file d'attente un peu trop longue, il suffit de passer le temps en allant sur Twitter ou en répondant à ses textos. Mais il existe un endroit où vous ne devriez surtout pas sortir votre téléphone: les magasins.

S'il peut être tentant de briser la monotonie de ses courses, regarder son smartphone dans les commerces peut faire gonfler nos dépenses.

Une équipe de recherche de l'université de Fairfield a publié dans le Journal of the Academy of Marketing Science une analyse des données de 2.600 consommateurs et consommatrices, récoltées dans des hypermarchés, des supermarchés et des petites boutiques à travers les États-Unis.

Chaque personne était interrogée à l'entrée du magasin pour savoir ce qu'elle était venue acheter, puis à la sortie. Étaient alors enregistrés l'ensemble de ses achats et la manière dont elle avait utilisé son téléphone, selon que celle-ci était «liée à ses courses» ou non.

Moins de self-control

L'étude révèle que les personnes utilisant leur téléphone pour des activités autres qu'en rapport avec leurs courses sont 9% plus susceptibles de prendre des produits qu'elles n'avaient pas prévu d'acheter –notamment des achats qualifiés d'«hédonistes»: jouets, bonbons, barres chocolatées, etc.

«Nous voulons que les consommateurs qui sont le plus sur leurs téléphones réalisent qu'ils augmentent leurs risques de dépenses inconsidérées», souligne Michael Sciandra, à la tête de l'étude.

Cette trouvaille rejoint un fait connu depuis longtemps: lorsque le cerveau humain est saturé d'informations, il a plus de mal à exercer son self-control. Lorsque notre attention est divisée entre les réseaux sociaux, notre liste de course et nos SMS, nous peinons à nous concentrer sur nos objectifs et sommes davantage exposé·es aux achats impulsifs.

Sciandra redoute que ce phénomène soit exploité par les magasins eux-même, qui pourraient par exemple inciter leur clientèle à consulter une app proposant des codes promo. Une fois notre téléphone en main, nous serions plus à même de répondre à un texto ou d'aller faire un tour sur les réseaux sociaux –et donc de dépenser plus.

En ce moment

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.