Une chercheuse travaille sur un vaccin contre le Covid-19, à Belo Horizonte, au Brésil. | Douglas Magno / AFP

Une chercheuse travaille sur un vaccin contre le Covid-19, à Belo Horizonte, au Brésil. | Douglas Magno / AFP

La course au vaccin bouleverse les protocoles des laboratoires

Ce qui prend habituellement des années doit être condensé en quelques mois.

La fabrication d'un vaccin est un processus qui peut prendre des mois, voire des années. Avant d'être disponible au public, il doit passer par de multiples phases de test, sur animaux puis sur êtres humains, et ses effets secondaires doivent être méticuleusement étudiés.

L'urgence engendrée par la pandémie de Covid-19 est en train de bouleverser ce processus. Il n'est pas encore certain que les personnes contaminées puis guéries aient développé suffisamment d'anticorps pour être immunisées. Une protection vaccinale pourrait donc être la seule façon d'éviter une seconde vague.

Les laboratoires pharmaceutiques tentent par tous les moyens de compresser au maximum la durée habituelle de création d'un vaccin. Selon Bloomberg, il y a deux douzaines de vaccins en développement et d'après Clement Lewin, vice-président associé de Sanofi, «il n'y a pas de précédent dans la vitesse à laquelle nous évoluons».

Cela pousse certains à se lancer dans des expériences plus hasardeuses que d'ordinaire. Le vaccin ARN développé par Moderna est l'une des technologies les plus prometteuses. Mais elle n'a jamais été utilisée auparavant.

La raison pour laquelle elle a été favorisée est qu'elle peut être développée sans disposer physiquement du virus. Pour aller plus vite, Moderna a commencé ses recherches dès que la Chine a diffusé la séquence génétique des protéines du coronavirus. Deux jours après, le 13 janvier, le vaccin candidat était créé.

«Nous proposons de changer la manière de développer un vaccin»

Les mesures de précaution habituelles sont aussi adaptées à l'urgence. Pfizer, qui collabore avec BioNTech, voudrait tester sa formule sur des êtres humains d'ici à la fin du mois d'avril. Mais plutôt que tester le vaccin qui a priori marchera le mieux, les scientifiques comptent tester quatre candidats simultanément.

Les tests démarreront sur un échantillon plus large que d'habitude, et les résultats seront communiqués en temps réel aux régulateurs. «En somme, nous proposons de changer la manière de développer un vaccin», explique la directrice des recherche en vaccin de Pfizer.

Le second problème est la production. Selon Bloomberg, les personnes prioritaires sont plus de 100 millions rien qu'aux États-Unis. Dans le reste du monde, ce sont donc des centaines et des centaines de millions d'individus qui pourraient prétendre à une vaccination rapide.

Dans le cas où un vaccin efficace était trouvé, il y a peu de chances que le nombre de doses nécessaires soient fabriquées assez vite par un seul laboratoire. «Peu de médicaments dans l'industrie sont fabriqués à cette échelle», observe le président de Moderna.

Si un sérum est jugé suffisamment efficace pour être commercialisé, il risque donc de bouleverser les processus habituels. Johnson & Johnson a ainsi annoncé avoir lancé la production de son candidat avant même que les tests ne commencent, et Bill Gates a promis d'investir des milliards de dollars dans sept laboratoires.

En ce moment

Greenlight veut transformer les enfants en traders

Biz

Greenlight veut transformer les enfants en traders

«Mamaaan, Kevin a encore provoqué un crash!»

Le plus gros avion amphibie du monde, un atout maître pour l'armée chinoise

Et Cætera

Le plus gros avion amphibie du monde, un atout maître pour l'armée chinoise

L'AG600 pourrait aider la République populaire à affermir sa mainmise sur la mer de Chine méridionale.

Les dix principaux gestionnaires d'actifs alimentent la volatilité des marchés

Biz

Les dix principaux gestionnaires d'actifs alimentent la volatilité des marchés

De BlackRock à Vanguard, les grands investisseurs institutionnels ont le pouvoir de faire trembler la finance.