L'importation des produits coûte plus cher et les cartels ont du mal à suivre la cadence habituelle de production. | Guillermo Arias / AFP
L'importation des produits coûte plus cher et les cartels ont du mal à suivre la cadence habituelle de production. | Guillermo Arias / AFP

Le coronavirus perturbe les trafics de meth et de fentanyl

La connexion Chine-Mexique-États-Unis ne répond plus.

La pandémie n'est pas bonne pour les affaires, et tout le monde semble dans le même bateau –même les trafiquant·es de drogue. Alors que le commerce mondial tourne au ralenti, les chaînes d'approvisionnement des cartels mexicains en composants permettant la production de drogues telles que la méthamphétamine et le fentanyl sont fortement perturbées, explique Vice.

En temps normal, les différents cartels du Mexique fabriquent localement ces drogues en achetant auprès d'usines chinoises les composés chimiques nécessaires.

Mais avec l'épidémie de Covid-19, les premiers maillons chinois de la chaîne ont dû faire face à une pénurie de main-d'œuvre, au blocage de leur activité et à un ralentissement des exportations mondiales. Entre janvier et février, les exportations du pays ont en effet chuté de 17,2%, et près de six entreprises sur dix connaissent un retard de livraison.

Dans ces conditions, la dure loi de l'offre et de la demande a repris ses droits. L'importation des produits coûte plus cher, les cartels ont du mal à suivre la cadence habituelle de production et la méthamphétamine et le fentanyl deviennent plus rares. Ce qui fait exploser les prix: selon le média américain, le prix d'un demi-kilo de méthamphétamine a plus que triplé.

Répercussions sur le marché américain

Les États-Unis devraient être rapidement touchés par cette envolée des prix, la majorité de la drogue consommée dans le pays provenant de son voisin mexicain. Les cartels contrôlent en effet les principales routes de ce trafic, notamment le long de la frontière sud-ouest des États-Unis, ce qui leur permet d'y faire entrer de l'héroïne, de la cocaïne, de la méthamphétamine et du fentanyl.

Le fentanyl, cet opiacé synthétique cinquante fois plus puissant que l'héroïne, est la drogue qui cause le plus d'overdoses mortelles aux États-Unis, tandis que la méthamphétamine est dans le top 5. En 2018, le fentanyl et d'autres opiacés synthétiques ont fait près de 32.000 victimes.

La police américaine, qui peine à lutter contre ces trafics, est prête à tout pour freiner le commerce de drogues, quitte à profiter du coronavirus. En février dernier, en pleine épidémie de Covid-19, plusieurs services de police du pays ont fait circuler une fausse rumeur via Facebook déclarant que la méthamphétamine pouvait être contaminée par le virus.

Ils invitaient ainsi les consommateurs et consommatrices à venir au commissariat ou à ouvrir la porte de leur domicile à la police pour qu'elle puisse tester leur drogue. Sous le feu des critiques, les services en question ont dû supprimer leurs publications.

En ce moment

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Biz

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Un bouton qui en dit long.

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

Tech

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

N'est-il pas un peu tôt pour baisser l'attention?

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Tech

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Une boulette à plus de 420 millions d'euros.