Le taureau de Wall Street orné d’un masque de protection, à Manhattan, le 19 mai 2020. | Timothy A. Clary / AFP

Le taureau de Wall Street orné d’un masque de protection, à Manhattan, le 19 mai 2020. | Timothy A. Clary / AFP

Droguées à la dette, les multinationales sont arrivées démunies face à la crise

Des années de rachat d'actions ont conduit les plus grandes firmes à affronter la crise sans économies.

La crise liée au coronavirus a et va avoir des conséquences dramatiques pour l'économie ainsi que pour les individus qui la font tourner. Un nombre important de grosses multinationales n'étaient pas assez préparées à un pareil choc.

Ces dernières années, la plupart des grandes compagnies ont eu tendance à ne surtout pas s'asseoir sur leurs profits. En 2014, le PDG d'American Airlines déclarait qu'«avoir plus de cash que ce dont l'entreprise a besoin n'est pas une bonne utilisation du capital de nos actionnaires».

Les firmes qui n'effectuaient pas, comme certaines géantes de la tech, des acquisitions massives de start-ups, ont fait une «bonne utilisation» de ce capital en rachetant leurs propres actions, une opération destinée à faire augmenter mécaniquement la valeur des parts détenues par les actionnaires.

Ce mouvement de fond concerne les compagnies aériennes mais encore pétrolières, avec Exxon Mobil, de télécommunication avec AT&T, ainsi que MacDonald's, IBM, Coca-Cola, General Motors, etc.

Quand les marchés financiers se portent bien, une telle politique est très appréciée des actionnaires, qui voient augmenter la valeur de leur patrimoine comme celle leurs dividendes. Berkshire Hathaway, le richissime fonds de Warren Buffett, a même décidé au cours de cette période d'investir dans les compagnies aériennes –une décision que le milliardaire a amèrement regrettée lors de son dernier meeting.

Shootées à la dette

Les entreprises sont devenues tellement friandes de ces rachats qu'elles n'ont pas uniquement englouti leurs profits: elles se sont aussi considérablement endettées, poussées vers l'emprunt par les taux d'intérêts bas.

Une enquête de Forbes révèle que lors de la dernière décennie, 455 entreprises du S&P 500 (les 500 plus grosses entreprises américaines cotées en bourse) ont augmenté leur dette commune de 2.500 milliards de dollars [2.250 milliards d'euros]. Sur la période, elles ont en moyenne triplé leur niveau d'endettement.

Avec la crise liée au coronavirus, revenus et profits ont fondu comme neige au soleil, quand ils ne laissaient pas place à de colossales pertes. La dette, quant à elle, est toujours là, et les firmes ne possèdent plus aucune marge de manœuvre pour affronter la crise.

Tout le monde était pourtant prévenu des risques encourus: en 2019, le secrétaire général de la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale des États-Unis, alertait les sociétés du S&P 500 sur le poids intolérable de leur dette.

«Non seulement le volume de la dette est très haut, mais sa croissance récente est concentrée sur une forme de dette risquée», expliquait Jerome Powell, évoquant une «falaise du triple-B», BBB étant la notation d'une dette de mauvaise qualité.

Afin d'éviter les faillites, la Fed a finalement décidé de se porter au secours des entreprises et de racheter elle-même une partie de cette dette risquée, et notamment des junk bonds, ou obligations pourries.

Mais pour certain·es expert·es, cette opération créée un «aléa moral» –un effet pervers. Le risque est que les entreprises comprennent qu'elles sont trop importantes pour que l'État les laisse s'effondrer et prennent pour acquis que, quoi qu'il arrive, la Fed leur servira de filet de sécurité. Pourquoi assainir son comportement si, y compris lorsqu'il est fautif, on ne le met pas en face de ses responsabilités?

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.