Les projets gargantuesques sont légion, mais la demande a du mal à suivre. | ZQ Lee via Unsplash
Les projets gargantuesques sont légion, mais la demande a du mal à suivre. | ZQ Lee via Unsplash

À Dubaï, le boom de l'immobilier menace l'économie

Les projets gigantesques se multiplient sans que la demande ne suive.

Malgré la superbe de ses îles artificielles géantes, de ses gratte-ciels immenses et de ses golfs en plein désert, le secteur de l'immobilier dubaïote est mal en point. En cause, la multiplication de projets démesurés, qui a entraîné un déséquilibre entre offre et demande.

Dans une interview accordée à Bloomberg, Hussain Sajwani, PDG de la société immobilière Damac Properties, estime que la ville devrait purement et simplement «geler l'offre pendant un an, peut-être dix-huit mois, peut-être deux ans» car si rien n'est fait, «nous allons assister à un désastre».

Effet domino

Damac Properties, l'un des plus gros promoteurs de la ville, a freiné la production depuis deux ans pour se recentrer sur la vente de lots déjà en sa possession, comme la plupart des grandes entreprises immobilières.

Sajwani accuse l'un de ses concurrents, Emaar Properties, de contribuer à alimenter la crise en continuant de lancer des projets à un rythme soutenu. C'est cette entreprise qui a fait sortir de terre le Dubai Mall, 800.000 mètres carrés de surface commerciale, à côté de la tour Burj Khalifa, la plus haute du monde (pour l'instant), elle aussi construite par Emaar Properties.

Emaar est en ce moment en train de bâtir le Dubai Creek Harbour, un projet qui devrait accueillir 200.000 résident·es et comporte une tour d'un kilomètre de haut, ainsi que Emaar South et Arabian Ranches III, des quartiers de plusieurs dizaines de milliers d'habitant·es.

D'après Sajwani, Dubaï ne peut pas se permettre une crise de l'immobilier trop importante, car si les prix continuent de chuter, les banques seront forcées de proposer des prêts immobiliers moins remunérateurs: «L'effet domino serait ridicule, l'économie dubaïote repose beaucoup sur l'immobilier.»

Favoriser les ventes

D'après le gouvernement, les transactions immobilières ont connu une baisse de 21,5% en 2018, accompagnée par une diminution des prix de l'immobilier et des loyers depuis mi-2014. Au second trimestre 2019, les prix ont chuté de 5,8%, la onzième baisse d'affilée.

L'état du marché est tel que les promoteurs doivent depuis quelques mois proposer des conditions de paiement plus que favorables à leur clientèle, afin de rester à flot: le coût des accomptes a considérablement baissé (5% contre 25% auparavant) et il est désormais possibilité de payer le reste sur dix ans directement au promoteur, ce qui évite ainsi d'avoir à passer par une banque pour un prêt.

Malgré cela, 30.000 nouvelles maisons devraient être construites cette année, le double de la demande effective dans la ville, selon JLL, société de conseil en immobilier. Au total, des dizaines de milliards de dollars ont été versés dans la construction en 2018, en préparation de l'Exposition universelle qui se tiendra dans la ville en 2020 et devrait attirer 300.000 personnes.

En ce moment

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Biz

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Plus on est ultra-riche, plus on est ultra-riche.

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.