Amazon détiendrait près de quatre-vingts marques, dont soixante-six de vêtements. | Nick de Partee via Unsplash
Amazon détiendrait près de quatre-vingts marques, dont soixante-six de vêtements. | Nick de Partee via Unsplash

Amazon: 66 marques de prêt-à-porter, mais un échec notable

Le géant du e-commerce multiplie les griffes sans parvenir à s'imposer.

Si à première vue, Amazon ne semble avoir de secret pour personne, le site BuzzFeed News a dévoilé l'étendue méconnue de certaines de ses activités.

La journaliste Leticia Miranda a passé au peigne fin l'ensemble des filiales de l'entreprise pour découvrir qu'elle possède plus d'une soixantaine de marques de vêtements différentes, dont la plupart n'ont aucun lien évident avec la maison mère.

Ces noms ne vous diront sans doute rien, mais Zappos, Camp Moonlight, Coastal Blue ou encore Denim Bloom sont des propriétés d'Amazon.

Le prêt-à-porter est un secteur dans lequel Jeff Bezos tente de se faire une place depuis plusieurs années, notamment en débauchant des cadres de la marque Gap ou en faisant sensation à l'occasion du Met Gala en 2012. Aucune de ses marques n'a pourtant encore connu de succès particulièrement notable.

Revenus dérisoires

Pour BuzzFeed, si l'ensemble de ces griffes dessine l'impressionnante étendue du pouvoir commercial d'Amazon, le chiffre d'affaires qu'elles génèrent serait plutôt synonyme d'une déroute pour le mastodonte en ligne: elles représenteraient moins de 1% du total des revenus du secteur, loin derrière ses principaux concurrents américains Walmart et Target.

Une enquête publiée en mars 2019 révèle la possible raison de cet échec: le public n'apprécierait tout simplement pas ces marques encore anonymes et trop peu attrayantes.

Pour l'heure, si Amazon n'a pas encore trouvé de solution pour espérer corriger le tir, elle a commencé en 2018 à revoir à la baisse ses investissements auprès de de l'ensemble de ses marques.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.