Un véhicule électrique Tesla traverse la boucle du Las Vegas Convention Center Loop avant le Consumer Electronics Show (CES), le 3 janvier 2022. | Patrick T. Fallon / AFP
Un véhicule électrique Tesla traverse la boucle du Las Vegas Convention Center Loop avant le Consumer Electronics Show (CES), le 3 janvier 2022. | Patrick T. Fallon / AFP

Avec The Boring Company, les tunnels d'Elon Musk débouchent sur du vide et des échecs

Un seul projet (décevant) a abouti.

C'est en 2016 qu'Elon Musk a décidé de fonder The Boring Company (TBC), société dont il a trouvé le nom lui-même, ce qui signifie à la fois «l'entreprise de forage» et «l'entreprise ennuyeuse». Un jeu de mots dont il est très fier et qui en a appelé bien d'autres, ce qui n'annonçait sans doute rien de bon pour une compagnie aux objectifs ambitieux –du moins sur le papier.

Il y avait du potentiel dans le principe même de TBC, à savoir installer des tunnels permettant d'améliorer la circulation dans certaines zones très engorgées. Si cela avait fonctionné, une partie de la population américaine aurait sans doute béni le milliardaire, et le reste du monde n'aurait pas tardé à s'inspirer de son initiative. Mais les choses n'ont pas exactement tourné comme prévu.

Après avoir construit en 2020 un tunnel du côté de Las Vegas, permettant de faire circuler des navettes autonomes (de marque Tesla, what else) pour transporter des groupes de seize personnes, l'entreprise a voulu se lancer dans d'autres projets.

Chez TBC, on avait appris l'existence d'un projet de liaison ferrée entre l'aéroport international d'Ontario et une station permettant d'emprunter un train de banlieue, à plus de 6 kilomètres de là. Coût annoncé de l'opération: 1 milliard de dollars, soit 965 millions d'euros.

Des représentants de The Boring Company sont alors arrivés tambour battant, en proposant d'installer l'un de leurs tunnels pour la modique somme de 45 millions de dollars, soit moins de 5% du budget de départ. L'occasion faisant le larron, la régie de transports souhaitant réaliser cette liaison accepta avec enthousiasme. Et c'est alors que les choses commencèrent à se gâter.

Marasme

Car comme dans d'autres villes auparavant, TBC semble ensuite s'être embourbée dans les autorisations, les permis de construire et les contraintes environnementales, se montrant vite incapable de respecter le planning annoncé. En fait, à part le tunnel de Las Vegas, très critiqué en raison de sa faible capacité et de sa totale inaptitude à résorber les problèmes de bouchons, l'entreprise d'Elon Musk n'a pour l'instant terminé aucun projet.

Du côté de l'aéroport d'Ontario, on reconnaît que le faible coût du projet, associé au nom prestigieux d'Elon Musk, a pesé dans la balance au moment du choix. Et l'on avoue également que, dix-huit mois après, lorsque le budget prévisionnel est passé de 45 à 500 millions de dollars alors que rien n'avait avancé, on a commencé à se dire qu'on avait fait le mauvais choix.

C'est pourtant The Boring Company qui a commencé à faire machine arrière, au moment où les commanditaires ont demandé un audit externe portant sur le respect des enjeux environnementaux. Des histoires similaires, où des projets alléchants signés TBC se sont mués en Arlésiennes pour finalement tourner à l'eau de boudin, il y en a eu plusieurs sur le territoire américain.

Une somme d'échecs

Du côté de l'État du Maryland, après plus d'un an passé à attendre le début des travaux promis, on a ainsi découvert que The Boring Company avait supprimé le projet de son propre site internet. À Chicago, c'est l'ancien maire, Rahm Emanuel, qui a fini par dire stop après avoir senti –un peu tard, mais suffisamment tôt– que son envie de faire relier par TBC l'aéroport O'Hare et le quartier d'affaires allait finir en gigantesque plantage.

Même son de cloche à Los Angeles, où c'est un projet de tunnel à grande vitesse reliant la ligne de métro de Hollywood au Dodger Stadium (5,8 kilomètres environ) qui n'a jamais vu le jour, malgré des annonces en grande pompe.

En dépit de cette accumulation de flops, il semblerait que certaines collectivités continuent à passer commande, persuadées que TBC a appris de ses erreurs et que les prochains projets seront les bons.

Les concurrents de the Boring Company n'en sont pas si sûrs, eux qui affirment que ses promesses de déplacements à haute vitesse et de coûts de fabrication réduits sont, à l'heure actuelle, totalement irréalistes. Propos d'adversaires aigris ou de professionnels compétents? Vu le passif de l'entreprise d'Elon Musk, il est permis de pencher pour la seconde option.

En ce moment

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Tech

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Dans la course aux armes hypersoniques, Chine et Russie ont plusieurs longueurs d'avance sur les États-Unis.

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.