Les soupes Campbell's sont parmi les premières denrées empilées dans les chariots de supermarché. | Calle Macarone via Unsplash

Les soupes Campbell's sont parmi les premières denrées empilées dans les chariots de supermarché. | Calle Macarone via Unsplash

À qui profite le coronavirus?

Quelques marques et services tirent parti de l'épidémie, mais elles feraient mieux de ne pas se réjouir trop vite.

Le coronavirus perturbe profondément l'économie. Le plus gros investisseur en capital-risque de la Silicon Valley a estimé dans une note publiée le 5 mars que le Covid-19 était «le cygne noir de 2020» –un «black swan» désignant un événement rare et imprévisible, qui lorsqu'il advient a des répercussions considérables.

Certaines entreprises tirent toutefois profit de la panique. L'explosion de la demande pour des produits sanitaires est sans doute la plus évidente: solutions désinfectantes et masques de protection s'arrachent dans les rayons du monde entier.

Conséquence logique du placement de millions de personnes en quarantaine, les loisirs accessibles depuis chez soi vivent une période faste. Le streaming et les réseaux sociaux pourraient ainsi jouir d'une forte activité.

Nombre de Chinois·es enfermé·es dans leur foyer trompent leur ennui avec des jeux vidéo, et de nombreux titres en ligne connaissent des pics de fréquentation. Les ventes de Ring Fit Adventure, un jeu de sport d'intérieur sur la Nintendo Switch, ont décollé, provoquant une envolée des prix –les sextoys aussi semblent bénéficier des périodes de solitude imposée.

Dans le domaine de l'alimentation, ce sont les applications de livraison qui se frottent les mains. Selon Market Watch, elles observent déjà une croissance très forte de leur activité en Chine et dans le reste de l'Asie. L'effet est plus discret aux États-Unis, mais il pourrait prendre de l'ampleur si l'épidémie progresse.

Les biens non périssables profitent également de la panique. Campbell's, qui produit des soupes en conserve, a bénéficié d'un pic de vente. Les achats de pâtes et de riz sont eux aussi en hausse un peu partout, même en l'absence de pénurie.

Court-termisme

Tous ces exemples ne sont pas forcément source de réjouissance. Les ventes de Campbell's connaissent régulièrement de brusques augmentations. Le Wall Street Journal rappelle que lors des tempêtes de 2012 ou des inondations en 2017, ces pics ne s'étaient pas traduits par une augmentation conséquente des recettes sur le moyen terme.

Pour ce qui est du jeu vidéo, la hausse du nombre de gamers en ligne ne pèse pas grand-chose face à une industrie profondément perturbée par l'épidémie, notamment à cause des studios et chaînes de productions asiatiques tournant au ralenti.

La grand-messe annuelle du secteur, l'E3 à Los Angeles, a été annulée. Cela arrive au pire moment possible, puisque Microsoft et Sony ont prévu de sortir leur nouvelles consoles d'ici à la fin de l'année.

Même Netflix ne profitera peut-être pas des quarantaines généralisées. Le virus empêche certaines personnes de travailler, qui voient leurs revenus baisser. Or un abonnement à une plateforme de SVOD est un luxe dispensable, et une baisse du niveau de vie pourrait faire du mal au développement international des grandes plateformes.

En ce moment

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Biz

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Un bouton qui en dit long.

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

Tech

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

N'est-il pas un peu tôt pour baisser l'attention?

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Tech

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Une boulette à plus de 420 millions d'euros.