Des économistes estiment qu'un paiement en cash pourrait constituer le stimulus nécessaire pour contrebalancer une récession. | Christian Dubovan via Unsplash

Des économistes estiment qu'un paiement en cash pourrait constituer le stimulus nécessaire pour contrebalancer une récession. | Christian Dubovan via Unsplash

Pour éviter la récession, il faut distribuer du cash, tout de suite, à tout le monde

Selon l'ex-principal conseiller économique d'Obama, c'est un indispensable stimulus. L'administration Trump y réfléchit.

L'épidémie de coronavirus et les mesures de quarantaine adoptées partout dans le monde nous approchent encore un peu plus d'un risque de récession. Les marchés paniquent et de nombreux commerces sont forcés de fermer leurs portes.

En France, le président a décidé de suspendre un certain nombre de dépenses des entreprises, d'accorder une garantie des prêts bancaires, d'interdire les licenciements et d'assouplir les conditions requises pour le chômage partiel. De son côté, la Réserve fédérale américaine a abaissé ses taux et Donald Trump a proposé d'annuler les taxes sur les salaires pour le restant de l'année.

Seulement, l'application de ces mesures risque de prendre trop de temps pour qu'elles puissent enrayer la récession. Selon certain·es économistes, la meilleure manière d'éviter ce risque consiste à distribuer immédiatement du cash non pas aux seules entreprises, mais à la population dans son ensemble.

Ainsi, en plus de doper la demande, la mesure permettrait aux travailleurs et travailleuses précaires ainsi qu'aux personnes au chômage de faire face aux dépenses pressantes causées par l'épidémie.

1.000 dollars par personne

Jason Furman, principal conseiller économique de Barack Obama lors de son second mandat, a plaidé pour cette mesure dans une tribune du Wall Street Journal. Il y propose «un paiement de 1.000 dollars [910 euros] à tous les citoyens américains et de 500 dollars supplémentaires par enfant».

Cette distribution d'argent permettrait, selon lui, d'aider les plus pauvres à payer leurs loyers et leurs factures en cas de quarantaine totale et aux autres d'augmenter leurs dépenses une fois le virus passé, afin de garder l'économie à flot.

Cette proposition a été reprise par certain·es responsables politiques. Notamment par Andrew Yang, ex-candidat aux primaires démocrates qui avait fait de l'instauration d'un revenu universel de base l'élément central de son programme.

À la gauche du Parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez a estimé que le «revenu universel de base aura un rôle à jouer pour aider les Américains dans cette crise» et a évoqué un plan encore plus ambitieux que celui de Furman: aller jusqu'à 6.000 dollars [près de 5.500 euros], en fonction des besoins.

Du côté des Républicains, Mitt Romney, adversaire d'Obama en 2012, a appelé à un paiement immédiat et limité à 1.000 dollars par personne. Malgré son isolement au sein de son parti –lors de la procédure d'impeachment contre Donald Trump, il a été le seul sénateur républicain à voter pour– il pourrait avoir été entendu. L'administration Trump a annoncé réfléchir à l'envoi de «chèques» aux Américain·es, bien que les modalités exactes de l'éventuelle opération n'aient pas été précisées.

En ce moment

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Biz

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Un bouton qui en dit long.

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

Tech

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

N'est-il pas un peu tôt pour baisser l'attention?

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Tech

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Une boulette à plus de 420 millions d'euros.