Shocking! | PublicDomainPictures via Pixabay
Shocking! | PublicDomainPictures via Pixabay

Un drame britannique: la livre sterling se dirige vers une parité avec le dollar

Impensable il y a peu, cela annonce de noirs horizons.

Le monde dans son ensemble souffre, mais la Grande-Bretagne, en solitaire depuis le Brexit, semble secouée de marasmes plus puissants encore que ceux traversés ses camarades occidentaux.

Shocking news pour les îles britanniques selon Bloomberg: autrefois impensable, la parité de la livre sterling avec le dollar, et donc avec l'euro, semble poindre à l'horizon.

Cet effondrement progressif de la monnaie de Sa Majesté, en sus d'une inflation incontrôlable (plus de 10% en juillet), amplifie les tornades essuyées par Londres et pourrait précipiter le pays dans l'une des pires récessions de son histoire récente.

Selon certains analystes, la livre semble ainsi pointer vers une valeur de 1,05 dollars, qu'elle pourrait atteindre au mitan de 2023. Cela fait trente-sept ans qu'elle n'a pas été aussi faible face à la monnaie américaine, et elle n'est pas beaucoup plus fringante face à l'euro, lui-même en fâcheuse posture face à un dollar au plus haut.

Bleeding money

Cette dévaluation en glissade précipitée a un premier effet, quasi immédiat: elle renchérit d'autant le prix de l'énergie importée sur le marché britannique. En pleine crise européenne et mondiale, c'est un clou supplémentaire dans le cercueil des budgets des ménages, dont les factures pourraient bondir de 80% sur un an.

Logiquement, une monnaie dévaluée permet un gain de compétitivité, en trompe-l'œil, certes, pour les entreprises nationales. Il n'en est rien pour la Grande-Bretagne, dont le déficit commercial ne cesse de se creuser.

Les gains réalisés par les secteurs des services sont ainsi largement contrebalancés, explique Bloomberg, par des importations de biens qui explosent, en volume d'abord, mais aussi en valeur désormais.

Ajoutons à tout ceci un déficit gouvernemental qui ne cesse de se creuser à très grande vitesse, et nous obtenons le portrait d'un pays à l'économie saignée, sans moyen évident de pouvoir, à court terme, redresser la barre.

La croissance étant désormais en berne, avec une contraction de 0,1% au deuxième trimestre, le pays pourrait très vite entrer dans une récession des plus dures.

Les marges de manœuvres de la Banque d'Angleterre, qui ne cesse de procéder à de brutales hausse de ses taux pour tenter de juguler l'inflation, seraient alors réduites. Le ou la remplaçante de Boris Johnson aura fort à faire et, vue d'ici, sa tâche semble insurmontable.

En ce moment

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.

Les mini-réacteurs nucléaires (SMR) sont-ils un mirage?

Tech

Les mini-réacteurs nucléaires (SMR) sont-ils un mirage?

«Don't believe the hype»: les renouvelables seraient préférables à ces SMR.

✈️ Au tour des F-16 pour l'Ukraine 🖥️ Le monde repose sur Taïwan et TSMC 🔋 Le bide de l'hydrogène japonais, hier sur korii.

Et Cætera

✈️ Au tour des F-16 pour l'Ukraine 🖥️ Le monde repose sur Taïwan et TSMC 🔋 Le bide de l'hydrogène japonais, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.