Belle (et chère) bête. | Boukaih via Unsplash
Belle (et chère) bête. | Boukaih via Unsplash

Aux États-Unis, les chasseurs de T-Rex sont les nouveaux chercheurs d'or

Le prix des fossiles a explosé ces dernières années.

Le 6 octobre 2020, la maison de vente aux enchères Christie's a vendu un squelette entier de Tyrannosaure Rex, surnommé Stan, pour 31,8 millions de dollars (27 millions d'euros). Le record précédent pour la vente d'un fossile de ce genre datait de 1997 et s'élevait à «seulement» 8,4 millions de dollars.

Dans nombre de pays, explique Bloomberg, les fossiles de dinosaures appartiennent à l'État, où qu'ils se trouvent. Seulement, aux États-Unis, la propriété privée est une règle sacro-sainte sur laquelle la science ne saurait empiéter. Si un chercheur de fossiles creuse sur un terrain privé avec l'accord du propriétaire, il peut garder tout ce qu'il y trouve.

Les fossiles peuvent ensuite être vendus au plus offrant et se retrouver dans des collections privées. Ces dernières années, ce type de trouvaille est devenu très populaire parmi les acheteurs, et la revente de fossile est devenu un important business.

Par conséquent, la recherche de fossiles a très largement débordé les pures activités de paléontologie scientifique. Des chercheurs privés, qui déterrent des créatures jurassiques pour leur profit, sont surnommés les «chasseurs de dinosaures».

Jurafric park

Autour d'eux, une industrie entière s'est constituée. Des entreprises se chargent de déterrer les fossiles découverts, des experts authentifient les trouvailles, les propriétaires fonciers prennent une commission, etc.

Chacun prend sa part de la vente, et le tout fait augmenter les prix. Il y a dix ans, détaille Bloomberg, une dent de T-Rex se vendait autour de 850 euros par pouce (2,54 cm). Aujourd'hui, ce prix a quadruplé pour atteindre les 3.400 euros environ.

Les chasseurs de dinosaures ont contribué à déterrer des découvertes de premier ordre, et les fonds privés ont financé des excavations qui auraient été impossibles sans eux, mais «le problème des ventes aux enchères privées est qu'elles font monter les prix au-delà de ce que les musées peuvent se permettre», estime Jessica Theodor, de la Société de paléontologie des vertébrés.

«La plupart du temps, les collectionneurs commerciaux ne donnent pas accès aux sites de fouille, ce qui diminue grandement la valeur scientifique d'un spécimen», explique Jack Horner, un célèbre paléontologue.

Les scientifiques se trouvent donc souvent suspendus au bon vouloir des entreprises privées, et s'inquiètent que des trésors puissent se retrouver dans le salon d'un milliardaire sans que le public ni la science n'y aient accès.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.