De la grande pauvreté à l'opulence infinie, la transition peut se révéler problématique. | SC Cunningham via Flickr
De la grande pauvreté à l'opulence infinie, la transition peut se révéler problématique. | SC Cunningham via Flickr

86%: la croissance record du Guyana sera peut-être aussi sa malédiction

La richesse soudaine à laquelle s'attend ce petit pays pauvre d'Amérique du Sud pourrait lui causer quelques soucis.

Petit État anglophone d'Amérique du Sud partageant des frontières avec le Venezuela, le Brésil et le Surinam, le Guyana est un pays pauvre où près de 40% des 780.000 habitant·es luttent pour survivre. La situation, pourtant, est sur le point de changer.

Grâce à l'exploitation de vastes gisements de pétrole récemment découverts, le pays pourrait selon le FMI connaître en 2020 une croissance record de 86%, contre 4,4% en 2019 –la prédiction la plus haute jamais effectuée par l'institution.

La République coopérative du Guyana –à ne pas confondre avec la Guyane française– devrait connaître ces prochains mois un déferlement de richesse. Comme le note CNBC, les réserves estimées d'or noir sont énormes pour une si petite population: elles atteindraient 3.900 barils par personne, quand l'Arabie Saoudite plafonne à 1.900 barils par âme.

Syndrome hollandais

Le FMI prévient néanmoins qu'un tel miracle comporte certains risques. Elle cite en particulier le «syndrome hollandais», également nommé «malédiction des matières premières».

Dans les années 1960, d'importants gisements de gaz ont été découverts dans la province de Groningue et en mer du Nord. L'explosion des exportations du petit pays a provoqué une appréciation de sa devise, faisant mécaniquement chuter la compétitivité du reste de sa production. L'économie globale s'adapte en conséquence, mais lorsque la rente vient à s'épuiser, la chute n'en est que plus brutale.

«L'accroissement de la dépense publique doit se faire de manière graduelle pour éviter les goulots d'étranglement, le gaspillage et minimiser les distortions macroéconomiques connues sous le nom de “maladie hollandaise”, qui ont souvent handicapé les systèmes faisant face à un gain massif de revenus issus de matières premières», avertit le FMI dans une note.

En ce moment

Avec son système SHIELD, la Nasa ne veut plus atterrir mais se crasher

Tech

Avec son système SHIELD, la Nasa ne veut plus atterrir mais se crasher

Et transformer à jamais l'exploration spatiale?

Avant sa «grande offensive», la Russie perd plus de 1.000 hommes et 25 chars en un jour

Et Cætera

Avant sa «grande offensive», la Russie perd plus de 1.000 hommes et 25 chars en un jour

Un triste record –et d'autres se préparent sans doute.

Les finances publiques russes ont commencé à s'effondrer

Biz

Les finances publiques russes ont commencé à s'effondrer

Du jamais-vu depuis 1998.