Le quartier de Petare, dans les environs de Caracas, est le plus grand bidonville d'Amérique latine. | Andrés Gerlotti via Unsplash
Le quartier de Petare, dans les environs de Caracas, est le plus grand bidonville d'Amérique latine. | Andrés Gerlotti via Unsplash

Au Venezuela, l'inflation a atteint 184.111% sur douze mois, selon l'index Cafe Con Leche

À Caracas, un simple café au lait coûtait 1,9 bolivar il y a un an. Son prix est aujourd'hui de 3.500 bolivars –et la situation risque d'empirer.

Bloomberg, qui a conçu l'index Cafe Con Leche, explique qu'il n'a rien de sophistiqué, mais qu'il a le mérite de donner une indication de l'enfer quotidien que traverse le peuple vénézuélien.

Englué dans un terrible chaos économique et politique, le pays ne publie plus de statistiques économiques officielles depuis 2016.

Jusqu'à 10 millions de pourcents

La publication américaine, qui met régulièrement à jour l'index, note qu'un·e Vénézuélien·ne qui devait débourser 1,9 bolivar pour un simple cafe con leche consommé dans un bar de l'est de Caracas doit désormais payer son minuscule plaisir 3.500 bolivars –environ 75 centimes d'euros pour nous, mais une véritable fortune pour un peuple essoré par la crise et l'inflation.

Calculée sur ce produit stable et tangible qu'est le café au lait, l'inflation vénézuélienne sur les douze derniers mois s'établirait ainsi à 184.111%.

Contrôlé par le président autoproclamé Juan Guaido et l'opposition à Nicolas Maduro, le parlement du pays évoquait lui une inflation annuelle de 342.161% en octobre 2018.

À la même période, le FMI calculait qu'elle pourrait atteindre à la fin 2019 les 10 millions de pourcents, un emballement rare qu'ont notamment connu l'Allemagne en 1923 et le Zimbabwe dans les années 2000.

Nation la plus pauvre au monde

L'index café au lait est également utilisé par Bloomberg pour établir son classement des nations les plus pauvres, qui compare l'inflation et le taux de chômage de soixante-deux économies pour déterminer le niveau de malheur de leurs populations respectives.

Si de l'aveu même du média américain ces statistiques ont un intérêt scientifique tout relatif, elles donnent malgré tout une idée des pays qui s'en sortent et de ceux qui au contraire s'enfoncent à l'échelle mondiale.

Le Venezuela arrive en tête du classement, suivie par l'Argentine, l'Afrique du Sud, la Turquie, la Grèce ou l'Ukraine –autant de pays qui n'arrivent ni à juguler l'inflation, ni à créer des emplois pour leurs peuples désœuvrés et apauvris.

En décrochant le 17e rang, la Russie semble plonger. À l'inverse, Singapour, la Suisse, le Japon, la Thaïlande ou le Danemark parviennent manifestement à conjuguer un bas niveau d'inflation et un marché de l'emploi en bonne santé, de manière naturelle ou plus biaisée.

En ce moment

Le marketing miraculeux du CBD, la menace récessionniste, l'ultralibéralisme mis à mal, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Le marketing miraculeux du CBD, la menace récessionniste, l'ultralibéralisme mis à mal, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

 Le taux de pauvreté au Japon met à mal la théorie ultralibérale

Et Cætera

Le taux de pauvreté au Japon met à mal la théorie ultralibérale

La population y travaille dur, consomme peu de drogues et la criminalité y est minime. Pourtant, la pauvreté est importante.

Tout pointe vers une (nouvelle) récession mondiale

Et Cætera

Tout pointe vers une (nouvelle) récession mondiale

Les contextes économique et politique de plus en plus tendus et certains indicateurs prophétisent un crash.