Températures trop chaudes, raisin pas assez acide: le cognac est en danger. | Hakob Barberyan / AFP
Températures trop chaudes, raisin pas assez acide: le cognac est en danger. | Hakob Barberyan / AFP

Le secteur du cognac pèse 3,21 milliards d'euros, mais la menace climatique plane

Très en forme, le marché de l'eau-de-vie vieille de 500 ans pourrait être bouleversé par le réchauffement climatique.

La disparition de Kim Jong-il, papa de Kim Jong-un et très gros acheteur de cognac, n'a fait aucun mal au marché de l'eau-de-vie de vin française.

Vieux d'un demi-millénaire, notre brandy national continue de rayonner en France comme à l'étranger: un total de 204,2 millions de bouteilles se sont écoulées dans le monde en 2018, pour un chiffre d'affaires de 3,21 milliards d'euros (+1,9% en valeur par rapport à l'année précédente).

Flambée des températures

De quoi regarder l'avenir avec espoir? Pas vraiment: en provoquant des étés plus longs et plus chauds, les bouleversements climatiques menacent très directement la matière première du cognac, à savoir le raisin –et en particulier le cépage nommé Ugni blanc.

Petites maisons comme géants du secteur (Pernod Ricard, LVMH, Rémy Cointreau et désormais Jay-Z, propriétaire avec Bacardi de la maison D'Ussé) doivent désormais adapter leurs cultures pour sauver leur juteux business.

Comme le relate Bloomberg, Pernod Ricard et le Bureau national interprofessionnel du Cognac investissent des centaines de milliers d'euros dans des cultures expérimentales pour trouver, à force de croisements et d'analyses génétiques, la vigne capable de résister à la chaleur sans perdre de son acidité, un élément primordial du processus de distillation.

Les marques de cognacs étant vendues et marketées pour leurs saveurs particulières, comme le sont les vins, une modification pourrait irriter les nez et palais de la clientèle toujours plus nombreuse de la boisson, notamment aux États-Unis et en Asie.

«Si vous savez mettre en bouteille mais qu'il n'y a plus de produit à y verser, c'est la fin de l'histoire», met en garde Guillaume de Guitaut, ambassadeur de la marque Hennessy.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.