Fantasmée ou fondée, la peur des violences étouffe le monde pourtant florissant des start-ups mexicaines. | Jeremy Lwanga via Unsplash
Fantasmée ou fondée, la peur des violences étouffe le monde pourtant florissant des start-ups mexicaines. | Jeremy Lwanga via Unsplash

À Mexico, les start-uppers se cachent pour ne pas mourir

La menace des cartels et des gangs force les entrepreneurs à éviter d'attirer l'attention.

Les start-ups rêvent de bonne publicité. Si vous faites parler de vous, vous attirez l'attention des gens sur votre produit ou projet et secouez le porte-monnaie des investisseurs. Pourtant à Mexico, les entrepreneurs déclinent les interviews dans les médias, évitent d'attirer l'attention sur leurs succès et gardent leurs chiffres de croissance pour eux.

«Il y a une taxe non officielle lorsque vous opérez et vivez à Mexico», raconte le directeur d'une start-up à Reuters, «et cette taxe est de vivre dans le risque.»

Peur des cartels, d'être kidnappé, d'être tué, de devenir une cible... «Vous vous mettez dans une position où vous pourriez être l'objet d'une rançon», témoigne Ulises Vazquez, le fondateur d'Ergos, une agence de publicité mexicaine. «Vous voulez faire profil bas pour pouvoir continuer à être libre.» Lui-même a gardé le silence sur les plus gros avancements de son entreprise.

Climat de peur

La peur qui règne parmi les entrepreneurs et l'élite serait notamment due au contexte politique et à la série de kidnappings et de meurtres de personnalités importantes dans le pays en 2017. Depuis ces événements, un commerce de voitures pare-balles, de traqueurs GPS ou de gardes du corps s'est développé dans la capitale mexicaine.

Le Mexique n'est pourtant pas le seul pays d'Amérique latine à être sujet à la violence: le trafic de drogue en Colombie ou le crime omniprésent au Brésil n'empêchent pas les start-ups de se développer et de faire du bruit.

Le Brésil, le hub de la région, a attiré 1,2 milliard d'euros d'investissements en 2018 et la Colombie, dont l'économie représente un quart de celle du Mexique, 300 millions. Le Mexique est loin derrière, avec 157 millions levés en 2017, selon les chiffres fournis par Reuters.

Croître en silence

Le problème est que sans visibilité, les entrepreneurs ont du mal à recruter les meilleur·es employé·es, convaincre les investisseurs ou inspirer la prochaine génération, analyse Daniel Green, l'un des partenaires du cabinet d'avocats Gunderson Dettmer, qui conseille les start-ups sud-américaines. «Cela freine assurément leur croissance», ajoute-t-il.

Il n'existe aucune information sur un meurtre d'entrepreneur qui aurait eu lieu en représailles au succès de sa start-up, et la peur ambiante pourrait être davantage due à un climat de méfiance qu'à une réalité.

«Communiquer davantage sur votre succès aide la communauté, aide l'entreprise, aide les investisseurs», croit fermement Bismarck Lepe, le directeur exécutif de Wizeline, une start-up logicielle. «Tant que vous n'êtes pas impliqué dans le trafic de drogue, rien ne va vous arriver.»

En ce moment

Des jeux pour travailler, le pétrole qui se noie, la menace d'une crise alimentaire, une journée sur korii.

Et Cætera

Des jeux pour travailler, le pétrole qui se noie, la menace d'une crise alimentaire, une journée sur korii.

Le récap' du jour.

Contre le coronavirus, l'Inde mise sur le DIY et le low-tech

Et Cætera

Contre le coronavirus, l'Inde mise sur le DIY et le low-tech

Le pays manque de moyens, mais certainement pas d'idées.

Si le travail vous manque, le jeu vidéo peut vous remettre au boulot

Tech

Si le travail vous manque, le jeu vidéo peut vous remettre au boulot

On peut tout simuler, même les cadences infernales.