Seuls les vins légers, peu nombreux en France, échapperont aux taxes américaines. | Maja Petric via Unsplash
Seuls les vins légers, peu nombreux en France, échapperont aux taxes américaines. | Maja Petric via Unsplash

Les États-Unis s'en prennent aux vins français

Ceux titrant à moins de 14 degrés, soit à peu près l'intégralité de la production hexagonale, seront surtaxés.

Début octobre, l'Organisation mondiale du commerce tranchait un vieux dossier. En ne cessant pas de subventionner Airbus, l'Union européenne a faussé le marché et défavorisé Boeing, a jugé l'OMC, offrant aux États-Unis le droit d'imposer un total de 7,5 milliards de dollars de taxes douanières sur les produits européens de son choix.

Parmi ceux-ci, le vin français –trésor national s'il en est. Il sera taxé à hauteur de 25%, et non de 100%, comme Donald Trump le laissait entendre en août après la mise en place par le gouvernement Philippe de la «taxe GAFA».

Pour quelques degrés de plus

Toutes les régions viticoles ne souffriront pas uniformément de cet impôt-représailles. Celui-ci se base sur une vieille législation américaine, qui durant des décennies a différencié vins de table et vins de dessert, ces derniers titrant à plus de 14% d'alcool.

Comme l'explique le New York Times, ce sont les vins légers, ne dépassant pas les 14 degrés, qui seront concernés par le «tariff» –donc la quasi-intégralité de la production française. Les vins espagnols et allemands sont visés par la même règle, mais ceux provenant du Portugal ou d'Italie, plus grand producteur mondial en volume, échappent à la décision américaine.

Pour les consommateurs et consommatrices américaines, le résultat logique sera une hausse des prix finaux des vins taxés à l'importation. Les cavistes pourraient alors essayer, à des degrés divers, d'éponger le surcoût en rognant sur leurs marges.

L'un d'eux évoque une hausse de 10%, un confrère parle de 30%, en prenant en compte l'intégralité de la chaîne. Dans un cas comme dans l'autre, le pinard hexagonal risque de perdre un peu de sa superbe face à ses concurrents.

En ce moment

Fraude fiscale aux États-Unis: «Faites ce que je dis, pas ce que je fais»

Biz

Fraude fiscale aux États-Unis: «Faites ce que je dis, pas ce que je fais»

HSBC vient d’être pénalisée de 172 millions d'euros par les États-Unis –un pays plus tendre avec ses propres États.

Environ 45 millions d'euros du denier de Saint-Pierre servirait à équilibrer le budget du Vatican

Biz

Environ 45 millions d'euros du denier de Saint-Pierre servirait à équilibrer le budget du Vatican

Seuls 10% des dons recueillis reviendraient à des causes charitables, selon le Wall Street Journal.

The Pirate Bay tente une percée dans le monde du streaming

Et Cætera

The Pirate Bay tente une percée dans le monde du streaming

Le site de téléchargement illégal serait en train de mettre au point cette nouvelle option.