Les foudres de Donald Trump n'ont pas entamé la réussite de Huawei –pour l'instant. | Wang Zhao / AFP
Les foudres de Donald Trump n'ont pas entamé la réussite de Huawei –pour l'instant. | Wang Zhao / AFP

Malgré les sanctions américaines, Huawei réalise un bon début d'année

Les revenus du groupe ont augmenté de 23,2% par rapport à la même période l'an dernier.

En mai 2019, alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine battait son plein, Donald Trump s'est mis en tête d'attaquer frontalement Huawei, géant chinois des télécoms et deuxième constructeur de smartphones au monde.

Mettant en avant le risque d'espionnage par Pékin, le président américain a signé un décret interdisant aux sociétés américaines de télécommunications de se fournir en matériel et en logiciels chez des entreprises «appartenants à des adversaires étrangers, contrôlées par eux ou soumises à la compétence ou à la direction de ceux-ci».

Malgré tout, ces attaques n'ont pas empêché Huawei de connaître un bon début d'année. Le groupe a annoncé ce mardi 30 juillet avoir réalisé 401,3 milliards de yuans (52,3 milliards d'euros) de chiffre d'affaires sur les six premiers mois de 2019, soit une hausse de 23,2% comparé à la même période l'année précédente.

La prudence reste de mise

La rupture des liens commerciaux avec nombre d'entreprises américaines ne semble pas avoir causé trop de tort au fabricant chinois –ou du moins pas encore, car le futur des relations Chine-États-Unis reste incertain.

Liang Hua, le président de Huawei, a prévenu: «Cela ne veut pas dire que nous n'aurons pas de difficultés à affronter. Nous en avons, et elles pourraient affecter le rythme de notre croissance à court terme.»

Pour l'instant, les coups portés par Donald Trump sur le territoire américain pourraient bien avoir eu un effet positif à domicile, le peuple chinois considérant Huawei comme son champion. Le constructeur continue d'ailleurs d'asseoir sa domination sur le marché intérieur, où sont générés la moitié de ses profits.

En ce moment

Fraude fiscale aux États-Unis: «Faites ce que je dis, pas ce que je fais»

Biz

Fraude fiscale aux États-Unis: «Faites ce que je dis, pas ce que je fais»

HSBC vient d’être pénalisée de 172 millions d'euros par les États-Unis –un pays plus tendre avec ses propres États.

Environ 45 millions d'euros du denier de Saint-Pierre servirait à équilibrer le budget du Vatican

Biz

Environ 45 millions d'euros du denier de Saint-Pierre servirait à équilibrer le budget du Vatican

Seuls 10% des dons recueillis reviendraient à des causes charitables, selon le Wall Street Journal.

The Pirate Bay tente une percée dans le monde du streaming

Et Cætera

The Pirate Bay tente une percée dans le monde du streaming

Le site de téléchargement illégal serait en train de mettre au point cette nouvelle option.