De jeunes glaneuses de Caracas récupèrent quelques fruits et légumes abandonnés après un marché de rue. | Matias Delacroix / AFP
De jeunes glaneuses de Caracas récupèrent quelques fruits et légumes abandonnés après un marché de rue. | Matias Delacroix / AFP

Au Venezuela, le marché reprend ses droits

La situation économique du pays connaît une relative amélioration, du moins pour la population capable de payer en dollars.

Toujours englué dans sa crise politique, le Venezuela de Nicolás Maduro ou de Juan Guaido, selon les points de vue diplomatiques, reste également en piteux état économique.

Comme le rapporte le Wall Street Journal, le pays semble néanmoins profiter d'un certain répit. Confronté à l'effondrement de l'économie –le PIB a été divisé par deux en cinq ans–, handicapé par de multiples sanctions internationales et luttant à grand-peine contre une hyperinflation record, Maduro se voit contraint de lâcher la bride et de laisser le marché reprendre quelque peu ses droits.

Retour du roi dollar

Au Venezuela, l'usage du dollar a longtemps été interdit, tandis que le bolivar était imprimé sans réserve pour s'acquitter des délirantes hausses de salaires décidées par l'État. Selon les données rapportées par le Wall Street Journal, la masse monétaire a crû de 15 % par semaine au second semestre 2018, si bien qu'aujourd'hui, le bolivar ne vaut presque plus rien.

Désormais toléré, le dollar afflue à nouveau. Les quatre millions de personnes ayant fui le pays depuis 2015 envoient chaque année 4 milliards de dollars [3,6 milliards d'euros] à leurs proches resté·es au pays.

Cette injection provoque de facto une redollarisation partielle de l'économie, en particulier dans les grandes villes et pour les classes aisées. La population qui n'a pas accès au greenback continue de son côté à se débattre avec une monnaie locale défaillante.

Petits luxes au prix fort

Le très sévère contrôle des prix, pillier du chavisme, a lui aussi été assoupli. Les fonctionnaires veillant à son application se font plus timides ou ont tout bonnement quitté leurs postes, rebuté·es par des salaires insignifiants.

Cette inflexion libérale permet au commerce de vivoter et aux importations de reprendre doucement. Le Wall Street Journal note que des boutiques ont vu le jour à Caracas, capitale plus épargnée que le reste du pays, où il est possible d'acheter des denrées de consommation courante à des prix exorbitants.

On peut ainsi trouver des bouteilles d'eau à 3 dollars ou des paquets de Cheerios à 15 dollars, dans un pays où le salaire minimum équivaut maintenant à moins de 2 dollars, où les coupures d'eau et d'électricité sont encore courantes et où tout vient à manquer, y compris les produits de première nécessité.

Il ne faut pas voir pour autant dans cette discrète ouverture une victoire définitive et par K.O. du capitalisme sur le système vénézuélien. Selon ses propres soutiens, le gouvernement ne s'autorise qu'une petite pause dans son étatisme idéologique, le temps de stabiliser la situation.

En ce moment

Des millions de billets de banque manquent à l'appel et personne ne s'en soucie

Biz

Des millions de billets de banque manquent à l'appel et personne ne s'en soucie

Comment expliquer que les banques centrales en impriment plus alors qu'ils sont moins utilisés?

Pour camoufler les pénuries, les supermarchés britanniques utilisent des fruits et légumes en carton

Biz

Pour camoufler les pénuries, les supermarchés britanniques utilisent des fruits et légumes en carton

Le Brexit, vrai succès au quotidien, n'est pas l'unique cause de l'entourloupe.

Les bateaux fous de Coca-Cola, l'entourloupe de la «shrinkflation», des emojis très trompeurs: l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les bateaux fous de Coca-Cola, l'entourloupe de la «shrinkflation», des emojis très trompeurs: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour briller en société, et voir le monde autrement.