La guerre des fusées n'a pas suffi aux patrons d'Amazon et de Tesla: ils entament en parallèle celle des satellites. | SpaceX via Unsplash
La guerre des fusées n'a pas suffi aux patrons d'Amazon et de Tesla: ils entament en parallèle celle des satellites. | SpaceX via Unsplash

Elon Musk vs Jeff Bezos: la nouvelle guerre des étoiles

Après la conquête de l’espace, celle du cyberespace: les deux tycoons ambitionnent de créer un réseau de satellites en orbite basse pour garantir un meilleur accès à internet.

Une fois n’est pas coutume, Elon Musk semble mener course en tête. En novembre 2018, son projet Starlink prévoyant une constellation de plus de 7.000 engins a reçu l’approbation de la Commission fédérale des communications (FCC), l'agence américaine qui s’occupe de réguler les télécommunications. Deux prototypes de satellite, Tintin A et Tintin B, ont déjà été lancés en 2018.

Le projet Kuiper, porté par Amazon, table lui sur l’envoi d’une flotte de 3.236 satellites, mais n’a pas encore reçu l’approbation de la FCC.

OneWeb en tête

Le pari de la connexion satellitaire devrait servir les objectifs commerciaux d’Amazon et de SpaceX. Le géant de la vente en ligne mise sur un élargissement considérable de sa clientèle (on estime à quatre milliards le nombre de personnes n’ayant toujours pas accès à internet dans le monde), tandis que l’entreprise d’Elon Musk espère s’assurer une nouvelle source de revenus.

Avec leurs plans respectifs, les deux firmes trouvent un nouvel usage commercial pour leurs fusées –patron d'Amazon, Jeff Bezos est également à la tête de Blue Origin, dont les lanceurs pourraient propulser une partie de la flotte envisagée dans l'espace.

Amazon et SpaceX ne sont pas seules sur le coup: Viasat et Telesat se sont également lancées dans l’aventure. Mais le projet le plus abouti reste pour l’heure celui de OneWeb: l’entreprise, qui a récemment levé plus d’un milliard de dollars de financement, a déjà réalisé six lancements et compte mettre en orbite ses 600 satellites d’ici 2021.

Décharge à ciel ouvert

Attention toutefois au risque de collisions et à la pollution spatiale engendrée par de telles flottes. Pour l’instant négligé, ce danger pourrait devenir un problème majeur auquel les entrepreneurs de l’espace auront à répondre.

Rappelons qu’à ce jour, on estime à près de 7.000 tonnes la masse de débris gravitant au-dessus de nos têtes.

L'Inde en a récemment ajouté quelques kilos, en procédant à la destruction de l'un de ses satellites par un missile balistique.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.