Du rififi dans nos orbites. | Mandel Ngan / Brendan Smialowski / AFP
Du rififi dans nos orbites. | Mandel Ngan / Brendan Smialowski / AFP

Elon Musk contre Jeff Bezos, Starlink contre Kuiper: la guerre des orbites est déclarée

Amazon et SpaceX s’accusent mutuellement de marcher sur leurs plates-bandes orbitales.

À eux deux, les patrons d'Amazon et de SpaceX pèsent 380 milliards de dollars (314 milliards d'euros). Une fortune colossale en grande partie investie dans leurs activités spatiales, les deux entreprises projetant de construire de gigantesques constellations de satellites pour connecter le monde entier à Internet.

Et la guerre semble bien être déclarée entre les deux milliardaires, chacun accusant l'autre de vouloir tuer la concurrence. Au centre de la polémique se situe la récente demande de SpaceX de modifier sa licence pour Starlink, une constellation de satellites dont près de 1.000 ont déjà été lancés.

L'entreprise a reçu l'autorisation d'en envoyer 12.000 et ambitionne, à terme, une escadrille de 42.000 satellites. Amazon, de son côté, a obtenu l'aval de la Federal Communications Commission (FCC) pour une constellation de 3.236 satellites en orbite terrestre basse via sa filiale Kuiper Systems, qui n'a à ce jour procédé à aucun lancement.

Or, SpaceX a déposé une demande pour placer ses satellites à une orbite plus basse que prévu (entre 540 et 570 km contre 1.100-1.300 km). Une altitude qui pourrait augmenter les risques de collision et interférer avec les satellites de Kuiper, programmés eux pour voler à 590 km de hauteur. Amazon a donc demandé à la FCC de surseoir à cette demande.

Colère orbitale

Une requête qui a mis en furie SpaceX. Dans une lettre envoyée à la FCC le 22 janvier, le directeur de la branche des satellites de SpaceX, David Goldman, explique que son concurrent n'est parvenu à ces conclusions qu'en «choisissant les données» et en «ignorant la majorité des modifications» proposées par SpaceX.

Elon Musk s'est lui-même fendu d'un tweet le 26 janvier expliquant que «ce n'est pas dans l'intérêt du public de paralyser Starlink aujourd'hui pour un système de satellites d'Amazon qui est au mieux à plusieurs années de fonctionnement».

D'après David Goldman, les représentants d'Amazon ont eu «trente réunions pour s'opposer à SpaceX» mais «aucune réunion pour autoriser son propre système», ce qui prouve selon lui qu'Amazon cherche simplement à «étouffer la concurrence», rapporte CNBC.

Son rival n'a pas tardé à riposter. «Les faits sont simples. Nous avons conçu le système Kuiper pour éviter toute interférence avec Starlink, et SpaceX veut maintenant changer la conception de son système. Ces changements créent non seulement un environnement plus dangereux pour les collisions dans l'espace, mais ils augmentent également le brouillage radio pour les clients», proteste Amazon dans un communiqué envoyé à CNBC.

La bataille entre les deux géants ne fait qu'illustrer l'engorgement croissant de l'espace. Le développement des nanosatellites et la baisse drastique du prix de lancement ont provoqué ces dernières années une hausse sans précédent du nombre d'objets dans l'espace.

En ce moment

Un projet de micropuces médicales implantables existe vraiment, mais à quoi sert-il?

Tech

Un projet de micropuces médicales implantables existe vraiment, mais à quoi sert-il?

La réalité est bien éloignée du fantasme.

Les Américains achètent tant de voitures d'occasion qu'ils rendent les économistes fous

Biz

Les Américains achètent tant de voitures d'occasion qu'ils rendent les économistes fous

Le marché est responsable à lui seul du tiers de l'inflation.

Capable de soulever un porte-avion, l'aimant le plus puissant du monde est en route pour ITER

Tech

Capable de soulever un porte-avion, l'aimant le plus puissant du monde est en route pour ITER

Le soleil artificiel a besoin d'un puissant gardien.