Bientôt une boutique de grand luxe. | Hugo Clément via Unsplash
Bientôt une boutique de grand luxe. | Hugo Clément via Unsplash

Mauvaise nouvelle: l'ère du pétrole cher est partie pour durer (très) longtemps

Un choc pour l'économie mondiale et pour votre budget.

Emmanuel Macron déroulant le tapis rouge à Mohammed ben Zayed Al Nahyane, président des Émirats arabes unis (EAU), pour discuter énergie; Joe Biden offrant les honneurs à l'autrefois honni prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) lors d'un voyage en Arabie saoudite, dont l'objectif était lui aussi clairement pétrolier...

Alors que le prix de l'énergie flambe partout dans le monde, notamment aux États-Unis, où l'inflation que le phénomène engendre pour partie pourrait coûter cher aux Démocrates lors des élections de mi-mandat, ou au Sri Lanka, où la pénurie d'essence plonge le pays dans le chaos et la pauvreté, un vent de panique s'installe chez les décideurs et les économistes.

Le temps de la pandémie, quand une chute de la demande et une production qui n'arrivait plus à trouver ses débouchés avaient fini par faire passer (brièvement) le prix du baril sous la drôle de barre des zéro dollar, semble loin: ainsi que l'explique Bloomberg, l'ère actuelle du pétrole cher est partie pour durer et, le cas échéant, vos pleins d'essence risquent de plomber de plus en plus lourdement votre budget.

«Le monde n'a jamais connu une telle crise majeure de l'énergie en termes de profondeur et de complexité, a ainsi déclaré Fatih Birol, de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), lors d'un forum le 12 juillet. Nous n'avons peut-être pas encore vu le pire de cette crise, et cela affecte le monde entier.»

Car à la guerre menée par la Russie en Ukraine et les vastes conséquences énergétiques qu'elle a sur le reste du monde s'ajoute un problème plus fondamental encore.

Le monde tel qu'il se dessine ces jours-ci n'arrive ainsi plus à produire suffisamment de pétrole pour satisfaire une demande revenue à ses niveaux d'avant la pandémie, et qui devrait croître de 2% en 2023 selon l'AIE.

Et alors que l'or noir génère à nouveau des «montagnes de cash», ses producteurs n'ont pas grand intérêt à inonder le marché et à faire baisser les prix, notamment les extracteurs américains de shale, ravis de mettre la main sur une telle manne après être passés si près de la banqueroute.

À fond (dans le mur)

Pour la plupart, ils ne le peuvent de toute façon pas réellement. Comme le note Bloomberg, des infrastructures vieillissantes et des investissements trop faibles, entre autres, font que les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEC), responsables de la fourniture de 40% du brut mondial, n'arrivent pas à atteindre leurs propres objectifs.

Le média américain rappelle également qu'il y a quelques semaines, JP Morgan peignait un tableau apocalyptique, qui a certes peu de risques de se réaliser, dans lequel une coupure totale de la production russe d'or noir –actuellement acheté en masse et au rabais par la Chine et l'Indemènerait le baril vers un intenable sommet de 380 dollars, contre 106 à l'heure où ces lignes sont écrites.

Qu'ont donc à offrir les géants du secteur, cette Arabie saoudite et ces Émirats arabes unis, que les leaders occidentaux draguent sans fard ni retenue? Peut-être pas grand-chose pour l'Arabie saoudite, dont le mastodonte d'État Aramco semble déjà proche de sa capacité maximale de production, à en croire Bloomberg.

Sans doute pas beaucoup plus pour les EAU: on se souvient du «faux off» d'Emmanuel Macron fin juin, lorsqu'il interrompait Joe Biden en marge du G7 pour lui parler d'un appel infructueux à Mohammed ben Zayed Al Nahyane.

À tout ceci, note Bloomberg, s'ajoute un ultime problème et non des moindres. La capacité mondiale à raffiner le pétrole a largement baissé ces dernières années, notamment du fait de la fermeture de vieilles installations lors de la pandémie.

Cette pénurie déconnecte de plus en plus le prix du produit fini (essence pour les automobilistes ou kérosène pour un trafic aérien en plein rebond) de celui du baril de brut et risque de coûter très cher un peu partout sur la planète, sur le plan économique comme sur le plan social. Donc, in fine, sur le plan environnemental.

En ce moment

🔨 Wagner menace le Parlement européen ♨️ Le désastre derrière notre confort hivernal 🍺 La seconde vie de la Bud du Qatar, une journée sur korii.

Et Cætera

🔨 Wagner menace le Parlement européen ♨️ Le désastre derrière notre confort hivernal 🍺 La seconde vie de la Bud du Qatar, une journée sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde en avance.

L'hiver confortable des Européens, un désastre absolu pour les pays émergents

Tech

L'hiver confortable des Européens, un désastre absolu pour les pays émergents

Notre continent a fait des réserves. D'autres vont en pâtir, longtemps.

Une masse ensanglantée: l'effrayant «cadeau» de Prigojine et du Groupe Wagner au Parlement européen

Et Cætera

Une masse ensanglantée: l'effrayant «cadeau» de Prigojine et du Groupe Wagner au Parlement européen

Une mise en scène macabre et une menace édifiante.