Bateau, sur l'eau. | Shaah Shahidh via Unsplash
Bateau, sur l'eau. | Shaah Shahidh via Unsplash

Trois mois avant l'embargo, l'Europe se gave de pétrole russe

Vite, vite!

Alors que les coupure russes plongent l'Europe dans un coûteux chaos énergétique, lui promettent un hiver des plus rudes, font redouter le risque d'une sévère récession et la poussent à réfléchir à bouleverser le fonctionnement même du sacro-saint marché, le continent continue de s'abreuver aux mêmes sources pétrolières qu'avant la crise.

Car si l'Union a décidé d'un embargo sévère sur le pétrole russe, qui devrait couper 90% des importations, celui-ci ne sera effectif que le 5 décembre. En attendant ce creux de l'hiver, le continent continue à faire ses courses à Moscou et accélère même assez notablement les livraisons.

Selon une analyse publiée par Bloomberg et reprise par Business Insider, le bloc a importé par la mer la bagatelle de 1 million de barils par jour entre le 26 août et le 2 septembre. C'est moins que la moyenne de 1,28 million de barils en juin, mais en nette accélération par rapport à juillet et début août.

Au total, par bateau et via des pipelines, les importations européennes de pétrole russe ont représenté 3,32 millions de barils par jour entre le 26 août et le 2 septembre, soit une progression notable de 13%. Bref: c'est le rush.

Chamboulements

Et ce sont autant de revenus solides pour un pays ayant désespérément besoin de cette manne pour financer sa guerre. Cette tendance montre également la difficulté, pour un continent entier, de se détourner ainsi, presque du jour au lendemain, de ses principales sources d'approvisionnement.

Mais comme l'explique Bloomberg, ces flux pétroliers venus de Russie sont importants pour l'économie mondiale dans son ensemble. Si l'embargo européen venait à couper en partie la production et les exportations russes, le pétrole pourrait manquer et son cours à nouveau flamber.

Si, au contraire, la Russie réussissait à trouver des clients ailleurs, c'est l'ensemble du commerce mondial de pétrole par voie maritime qui pourrait être redessiné, de manière complexe et sans doute coûteuse pour les économies concernées.

La Chine ou l'Inde ont très vite profité du trou laissé par l'Occident pour acheter du pétrole russe en masse et au rabais, mais la tendance semble déjà nettement ralentir. Le puzzle énergétique mondial est donc encore loin d'être organisé.

En ce moment

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Tech

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Le moteur à «cycle adaptatif» de GE pourrait équiper les F-35 ou ses successeurs.

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Tech

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Grâce au «Z-pinch», et à beaucoup d'optimisme.

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Et Cætera

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Quatre articles pour poser un autre regard sur le monde.